Visite à Hiva Oa : réunion avec la CODIM

Au cours de son déplacement à Hiva Oa, la délégation gouvernementale menée par le président Edouard Fritch a rencontré, samedi, la CODIM (communauté de communes des Marquises), rapporte la Présidence dans un communiqué.

Tous les maires des Marquises, à l’exception de celui de Ua Huka, le tavana hau de l’Etat, les représentants à l’Assemblée de Polynésie française des Marquises et les agents des Aires marines protégées se sont ainsi réunis au siège de la CODIM situé à Atuona.

Point sur le dossier UNESCO pour les Marquises

Le premier sujet abordé a été celui du dossier UNESCO des Marquises. Un point de situation a été réalisé avec les maires présents et le chef de projet du dossier UNESCO. Il a permis de s’entendre sur la suite de la démarche qui sera engagée d’une manière cohérente et concertée. Plusieurs sujets qui concernent la gouvernance du dossier ont été abordés.

reunion CODIM 1

Ainsi, avec l’accord unanime des maires des Marquises, la coordination des comités de gestion sera désormais assurée par la CODIM, à la place de l’association Motu Haka, qui restera l’un des partenaires associatifs attachés à la CODIM. Le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a proposé qu’à l’occasion de son prochain déplacement à Paris, il reprenne contact avec les autorités parisiennes afin de finaliser la mission d’experts prévue pour février 2016. Celle-ci permettra de faire aboutir la rédaction du cahier des charges de l’appel à candidatures pour le bureau d’experts chargé de constituer les rapports utiles à la justification de la valeur universelle exceptionnelle des sites marquisiens.

Les Aires marines protégées

Le maire de Tahuata, président de la CODIM, Félix Barsinas, a présenté un point de situation du dossier AMP (Aires marines protégées) des Marquises. La grande question qui se pose en l’état actuel de l’avancement de ce dossier est celle de la définition du zonage souhaité par les différents acteurs concernés par la zone maritime, que sont les maires des Marquises, les pêcheurs côtiers, les pêcheurs hauturiers, les scientifiques et les services du Pays. Le gouvernement a rappelé que la Polynésie a déjà classée sa ZEE en aires marines gérées. Le président Fritch a exprimé son intérêt pour ce type de protection afin de préserver notre milieu marin et ses ressources sans pour autant que cette protection soit pénalisante économiquement pour les populations marquisiennes et les professionnels polynésiens d’aujourd’hui et de demain. Une antenne de l’entité nationale des Aires marines protégées est également présente aux Marquises afin d’assister le Pays à avancer sur ce dossier. Une aire marine protégée est utile car elle s’accompagne d’une meilleure connaissance de l’écosystème marin et d’une exploitation raisonnée de la ressource. Les étapes futures du dossier concernent la définition des différents zonages de protection ou encore de la gouvernance du dossier.

Délégation de compétences du Pays à la CODIM

Le dossier AMP a également des implications d’ordre juridique, en particulier sur les délégations de compétences du Pays vers la CODIM. A la suite des études du schéma de développement effectuées par la Communauté des communes des Marquises, il est opportun de passer à l’étape des délégations de compétences du Pays vers la CODIM. Le conseil juridique de la Communauté des communes, Mickael Fidèle, travaille sur des propositions qui reflètent les souhaits de cette entité. A la suite de la présentation faite par Mickael Fidèle, le président Edouard Fritch a suggéré que les techniciens de la CODIM et ceux du Pays, notamment ceux de la Délégation pour le développement des communes, se rencontrent afin de discuter et d’examiner la faisabilité et la portée des demandes de délégation des pouvoirs du pays vers la CODIM.

Les moyens dédiés à l’enseignement aux Marquises

La CODIM a détaillé à la ministre de l’Education, Nicole Sanquer-Fareata, les soucis rencontrés dans le fonctionnement quotidien, liés aux moyens humains, aux moyens de transports et aux moyens d’accueil des enfants, notamment pour les salles de classes et les internats, dans chaque île des Marquises, en sachant que certaines îles ont une double problématique avec à la fois un système éducatif privé et public. La ministre a écouté et pris en compte les doléances des maires.

PPR et PGA

Le maire de Nuku Hiva, Benoit Kautai, a évoqué le sujet de la révision du PGA (Plan général d’aménagement) de cette île. A cet égard, le maire a mis sur la table la question des PPR (Plan de prévention des risques) et leurs conséquences pour les habitats concernés. Le directeur de cabinet du ministre en charge de l’urbanisme, Heifara Garbet, a informé les maires présents que le Pays a commandé une étude au BRGM (Bureau de recherches généalogiques et minières) pour une révision de la notion PPR qui devrait conduire à une redéfinition des zones rouges.

Communiqué.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close