Voyage au coeur du Méridien Bora Bora

Le luxe et le raffinement ont un nom: Méridien. Une enseigne hôtelière qui a parfaitement su trouver sa place dans le plus beau lagon du monde…Découverte.

Aéroport de Bora Bora, mardi 26 décembre, 8h30. Alors que toutes les larmes du ciel s’abattent sur Tahiti, à un peu plus de 270 km de là, de larges éclaircies accueillent le visiteur. L’ATR 72-600 vient de se poser après quarante minutes de vol. Sans surprise, l’avion est bondé de passagers. Sur le tarmac, deux jets privés se fondent parfaitement dans le décor. Probablement des stars voyageant incognito.

Ca y est: le décor est planté: nous sommes arrivés dans ce que certains considèrent comme « l’usine touristique » du fenua. Celle où les visiteurs affluent du monde entier pour dépenser sans compter et vivre l’indescriptible les pieds nus, dans le sable chaud, les cheveux au vent. Ou encore pour s’y marier de la manière la plus extravagante possible car à Bora Bora, tout est possible.

 

Dans le hall, une fois les bagages livrés, les passagers sont rapidement pris en main: les uns, direction le quai de Vaitape au moyen de la navette maritime d’Air Tahiti incluse dans le billet d’avion; les autres bénéficiant d’un transfert « personnalisé » mais payant, en lien avec  l’établissement d’accueil de leur choix.

Environ quinze minutes de vedette rapide suffisent à relier le Méridien Bora Bora, situé en face du mont Otemanu entre d’un côté le Saint-Régis, de l’autre l’Interconti Thalasso and Spa. Deux grands « totem » qui s’illuminent à la nuit tombée, symbolisent l’entrée.

La capacité d’hébergement – une centaine de bungalows – se compose principalement de pilotis « over-waters » mais le Méridien offre également quelques unités sur la plage, des villas plus grandes pour familles, disposées en face de la lagune.

En avril 2018, le Méridien Bora Bora fêtera ses vingt ans d’existence. Racheté il y a peu par l’homme d’affaires polynésien Louis Wane, l’établissement n’a rien perdu de son cachet avec son imposante charpente en bois précieux ! Toute la partie centrale (réception, boutiques, centre d’affaires etc…) surplombe l’ensemble remarquablement végétalisé au sein duquel trône un bassin à nénuphars.

La propriété se compose d’une très longue plage de sable blanc, de deux piscines attenantes à deux restaurants, le Te Ava (les pieds dans le sable) et le Tipanier, plus raffiné, où sont servis les petits déjeuners et dîners à thème. Côté loisirs, des kayacs, paddle, masques et tubas sont mis gracieusement à la disposition de la clientèle mais la magie du décor et la quiétude sont tels que le seul passe-temps favori est…de ne rien faire! Sinon, attendre le coucher du soleil et ses nuances ocres-rougeâtres au dessus du mont Otemanu.

Mais au-delà de la qualité des infrastructures, il y a aussi les hommes et les femmes – pour la plupart originaires de Bora Bora – qui s’efforcent chaque jour de donner le meilleur d’eux-mêmes pour que les visiteurs se sentent bien à un instant T. Et nous pouvons affirmer que dans le cas présent, du plagiste à la femme de ménage en passant par le maître d’hôtel, la qualité du service ainsi que la gentillesse de l’ensemble du personnel, sont conformes au coût de la prestation.

Ici, comme dans la plupart des « grands hôtels », la durée moyenne de séjour est de trois-quatre jours. Ce qui suffit grandement à réparer les corps fatigués mais également à convaincre les visiteurs que Bora Bora reste certainement l’une des destinations les plus prisées au monde.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close