28 novembre 2021

Des projets de développement économique pour que Temae ne soit plus un « No man’s land »…

Plusieurs associations de Moorea regroupant des agriculteurs, pêcheurs, prestataires de services divers etc – dont la motivation principale est le développement économique et la création d’emplois sur l’île de Moorea – étaient réunies samedi sur le site de la plage Temae à l’initiative du collectif Faa Hotu Ia Aimeho Nui.

Ce forum fait suite aux annonces du gouvernement en vue de la création de zones de développement prioritaire, d’aménagement du littoral et des facilités d’accès à la propriété pour les budgets modérés. Près d’un millier de personnes ont répondu à cette initiative. Il a notamment permis à de nombreux jeunes de s’inscrire sur les registres de recensement de demandeurs d’emplois.

Sur place, à noter la présence de plusieurs personnalités de l’île, comme Ronald Teariki, maire de Teavaro, qui a indiqué que dans sa seule section de commune on recense 700 personnes sans emploi; Turo Teiho, le président du syndicat des pêcheurs, Reginald Harring, transporteur, bien connu ou encore Atonia Teriinohorai, secrétaire général du syndicat O oe to oe rima.

Le collectif Faa Hotu Ia Aimeo Nui a pour président Patrick Poroi, un entrepreneur désireux de fédérer des pêcheurs, agriculteurs, transporteurs, les groupes de danses, le monde de l’artisanat, l’hôtellerie, les prestataires du tourisme, et les Tavana qui voient leur jeunesse désœuvrée sombrer et l’île se dégrader depuis plusieurs années. C’est un nouvel espoir et une grande bouffée d’oxygène pour la population qui est fière de son île.

Face à eux, à grands renfort de médias, des leaders du collectif Cascem hostiles aux projets gouvernementaux ont tenté d’apporter la contradiction, sans toutefois apporter de solution crédible pour faire face à la crise économique et sociale que nous traversons actuellement. Leur leitmotiv, opposer l’économie à l’environnement, arguant qu’un projet hôtelier à Temae signifie inexorablement la privatisation ferme et définitive de la plage publique. Ce qui est un mensonge.

Mais parlons un peu de Temae, ce spot qui fait tant rêver! Surtout ceux qui n’y vont jamais…Qui le fréquente ? Une trentaine de personnes au mieux, en semaine, vient poser un pareo ou « piquer une tête » dans le lagon. Un peu plus d’une centaine le week-end dont une grande majorité des Polynésiens venus de Tahiti. Sans parler des « regroupements suspects armés » la plupart du temps d’une boite de bière à la main ou d’une pipette à consommer en toute impunité. Voilà la réalité du décor que les détracteurs du projet ne peuvent ignorer. Alors, c’est vrai, le site souffre d’un manque d’entretien et de surveillance. La mise en place d’activité nautique et autre serait un « plus ».

ZDP

Ce rassemblement pro-développement économique intervenait au lendemain (ndlr: jeudi) de la présentation par le ministre du Logement, et de l’aménagement, Jean-Christophe Bouissou, de la zone de développement prioritaire (ZDP) de Moorea – Maiao.

Le Schéma d’aménagement général de la Polynésie française (SAGE), a reconnu le fort potentiel de développement économique et touristique de la commune de Moorea –Maiao. Grâce à son paysage naturel très préservé et sa proximité avec l’aéroport international de Faa’a, le gouvernement d’Edouard Fritch a décidé de proposer la création d’une zone d’aménagement et de développement prioritaire sur la commune de Moorea – Maiao. Il s’agit donc ici de relancer l’économie et d’inciter à la réalisation de programmes d’envergure profitables durablement aux Polynésiens. Ainsi, tout programme d’investissement agréé en conseil des ministres devra être réalisé dans un délai de cinq ans pour un montant au moins égal à 15 milliards de francs pacifique, les délais pouvant être prorogés à dix ans si les investissements étaient supérieurs à 30 milliards Fcfp.

Constats

Le nombre d’autorisations de permis de construire en 2020 et en 2021, qui est de 228, pour les maisons individuelles, 177 pour les fare OPH et 50 pour les autres autorisations (lotissements, tourisme, industrie), démontre que l’essentiel de l’activité des autorisations de travaux immobiliers délivrées relève des constructions d’habitation. Pour rappel, la politique publique de l’habitat 2021-2030 prévoit la production de 1400 logements par an sur toute la Polynésie française, selon les besoins par archipel, avec la mise en place d’un dispositif règlementaire pour faciliter l’accession à la propriété.

Selon un communiqué adressé aux médias, « l’objectif de la création d’une zone d’aménagement et de développement prioritaire de Moorea, est de prévoir et de diversifier l’aménagement dans son ensemble. Cet outil comprend évidement le développement de zones pour la construction de logements, mais la vision est axée sur l’habitat dans son ensemble, incluant donc, aussi, la construction et l’exploitation hôtelière touristique, la création d’équipements publics, à vocation culturelle et de loisirs, et la mise en valeur d’espaces publics littoraux. Parmi les sites visés, figurent le domaine de Tahiamanu à vocation touristique ; le port de Vaiare pour le développement de ses activités portuaires et l’aménagement d’une plage publique ; l’aéroport de Temae pour le développement de l’industrie et des services ; la zone à vocation touristique et hôtelière de Temae ; le site du golf pour le développement du tourisme et de l’habitation résidentielle ; la baie de Cook à vocation touristique et culturelle ; le fond de la baie de Cook à Paopao pour le développement du tourisme et de l’agriculture ; le fond de la baie d’Opunohu à Papetoai pour le développement du tourisme, de la culture, de l’agriculture et de la recherche ; l’ancien club Med et les sites hôteliers dégradés situés à Haapiti pour le développement du tourisme et des activités touristiques; des sites dédiés et des emprises réservées autour de l’île de Moorea pour la mise en valeur d’espaces publics littoraux ainsi que sept sites remarquables pour des opérations d’habitat et d’aménagement de services de proximité ».

Un comité stratégique

Dans une démarche de concertation publique, et afin de recueillir un avis concerté sur les projets et programmes d’investissement à réaliser sur la ZDP multisites de la commune de Moorea – Maiao, le conseil des ministres prévoit de créer un comité stratégique d’aménagement et de développement durable de la commune de Moorea – Maiao. Parmi ses membres, pourront siéger les maires délégués de la commune de Moorea – Maiao ou leurs représentants, mais également trois représentants de la société civile de la commune de Moorea – Maiao ou leurs représentants, désignés par délibération du conseil municipal ou encore le directeur de l’agence d’aménagement et de développement durable des territoires de la Polynésie française ou son représentant, en charge de la concertation entre les élus locaux et la population de la commune de Moorea – Maiao.

Par ailleurs, le président du comité pourra inviter, à titre consultatif, toute personne dont les compétences seront utiles pour l’aide à la décision. De même, il pourra recourir à des organismes ou cabinets extérieurs pour toute étude nécessaire au projet.

 

 1,015 visiteurs total,  3 visiteurs aujourd'hui

4 thoughts on “Des projets de développement économique pour que Temae ne soit plus un « No man’s land »…

      1. Mais c’est quoi ce genre de réponse???
        Peut-on savoir qui est derrière cet article? Puisque vous citez ouvertement vos confrères en critique, ayez le courage de donner votre nom.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :