Dons d’organes: nous sommes tous concernés!

Deux évènements sont en préparation autour du don d’organes: d’abord, les 21 et 22 juin 2018 dans le hall du CHPF, ensuite le vendredi 22 juin de 8h30 à 13h00, avec une matinée de réflexion et d’information.

Le don d’organes n’est pas un sujet dont on parle tous les jours dans la population générale, à l’exception de ceux pour qui c’est un enjeu vital : les cent cinquante patients inscrits sur la liste d’attente qui souffrent d’insuffisance rénale terminale et dont la vie dépend d’une machine. Avec eux, ce sont autant de familles qui espèrent chaque jour un don. Ils seront de plus en plus nombreux à être inscrits sur cette liste car la maladie rénale se développe de manière fulgurante en Polynésie.

La transplantation rénale est le traitement de référence, offrant une meilleure qualité de vie, une espérance de vie plus longue et un coût moindre pour la société. Or, pour réaliser des transplantations, il faut des dons. Si vous ou un membre de votre famille, un de vos enfants attendait d’être greffé, ne voudriez-vous pas qu’il y ait un donneur pour lui offrir une nouvelle vie, un nouvel espoir ?

Nous devrions tous nous poser la question du don d’organes.

Les témoignages des familles de donneurs le confirment : le don d’organes, en plus d’être un acte de solidarité et d’amour envers son prochain, réconforte les familles endeuillées, apporte une lumière dans ce moment difficile.

Pour être donneur d’organes il faut s’être posé la question, avoir eu une réflexion sur le sujet, s’être informé. C’est l’un des objectifs recherchés lors des campagnes de sensibilisation et d’information qui ont lieu depuis quatre ans maintenant à l’occasion de la journée de réflexion sur le don d’organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs .

A partir du 18 juin, des spots d’information seront diffusés sur les chaines télévisées locales, en radio, au cinéma, sur Internet.

Nous sommes tous des donneurs potentiels car nous sommes tous des receveurs potentiels.

Sur la base de ce principe de solidarité, la loi considère que nous sommes des donneurs présumés sauf si nous avons fait connaitre de notre vivant notre opposition au don d’organes, principalement en s’inscrivant sur le registre des refus (www.registrenationaldesrefus.fr).

Cette disposition est applicable en Polynésie française depuis le 28 juillet 2017.

C’est pourquoi il nous a semblé essentiel d’informer la population sur ce qu’il faut faire pour être ou pas donneur d’organes, sujet du spot qui sera diffusé à la télévision et au cinéma durant la semaine du 18 juin.

Le message principal de cette année est : « Faire connaître sa volonté de donner ou pas ses organes ».

Pas de frein culturel ou religieux au don d’organes après sa mort

Un rappel important à faire à la population, puisqu’y circulent des informations erronées, est qu’aucune religion représentée localement ne s’oppose au don d’organes. Au contraire, aider son prochain est un acte de charité.

Au regard de la culture traditionnelle, aucune notion d’intégrité du corps n’empêche le don d’organes. Cela a été une nouvelle fois confirmé lors de la rencontre entre tradi-praticiens et médecine occidentale organisée au Fare Hape en mai. Que le corps doive être enterré « entier » n’est ni une tradition culturelle, ni une prescription religieuse.

Deux évènements autour du don d’organes 

D’abord, les 21 et 22 juin 2018 dans le hall du CHPF. A commencer par le challenge « BE A HERO ». Il permettra aux équipes de s’affronter sur des rameurs indoor lors d’un défi interservices du CHPF et de ses principaux prestataires. Un évènement sportif et ludique accompagné de stands d’information sur le don d’organes, d’une exposition « Paroles de vie » regroupant des témoignages de greffés, de malades en attente de greffe, de proches de donneurs…

Le CHPF organise cet évènement en partenariat avec les associations : Fare Hoe , qui met à disposition une dizaine d’avirons de salle , le coaching , la logistique du challenge. Un Don de Vie qui tiendra un stand d’information et offrira des lots récompensant les services et le personnel pour leur soutien au don d’organes. Transhépate Tahiti , dont les membres témoigneront et informeront le public sur la greffe hépatique.

Puis, le vendredi 22 juin de 8h30 à 13h00, place à une matinée de réflexion et d’information. A 9h00, une prière oecuménique de reconnaissance aux donneurs organisée par le bureau interconfessionnel du CHPF, sera suivie du discours du ministre de la Santé, témoignage de son soutien à la transplantation rénale. A 10h30 aura lieu la remise des prix du Challenge « BE A HERO ».

Le public est invité à venir s’informer, partager, échanger, parler du don d’organes et de la greffe, sans oublier toutes les familles de donneurs à qui nous voudrions dire encore toute notre reconnaissance.

Quelques chiffres 

496 patients dialysés en Polynésie Française.

150 inscrits en attente de greffe « greffe rénale »

81 greffes réalisées depuis 2013 (20 à partir de donneur vivant, 61 à partir de donneur en mort cérébrale) avec 95 % de greffons fonctionnels.

5 278 consultations en néphrologie en 2017 (4 688 en 2015)

2017 : 53 nouveaux patients en dialyse 

(A savoir qu’un centre de dialyse de 8 unités d’épuration extrarénale, avec 3 séries par jour, peut prendre en charge 40 à 45 patients).

220 patients de moins de 75 ans suivis pour insuffisance rénale chronique stade 4 (prédialyse).

60% d’opposition au don d’organes en 2017.

Don d’organes : Il est important d’en avoir parlé au moins une fois à ses proches pour leur faire connaitre sa volonté de donner ou pas ses organes à sa mort, et pour connaitre la leur afin de la respecter.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close