lun. Avr 22nd, 2019

La France se dote d’une Composante spatiale optique

La France s’apprête à mettre en orbite le CSO-1, un satellite de défense nouvelle génération. La première étape d’un vaste programme de renouvellement de ses moyens spatiaux militaires.

Nouvelles menaces, nouvelles protections. Ce mercredi 19 décembre, une grande partie de l’avenir de la capacité de défense française va se jouer à Kourou, en Guyane. Là-bas, si cette fois-ci les conditions météo le permettent (ce lancement était initialement prévu mardi), une fusée Soyouz décollera afin de placer en orbite le CSO-1 (pour Composante spatiale optique), premier d’un trio de bijoux de technologie qui vont permettre aux armées françaises d’opérer un véritable saut qualitatif dans ce domaine.

Dotés d’instruments d’optique dernier cri, les satellites CSO seront capables de fournir quotidiennement plusieurs centaines d’images ultra-précises mais aussi stéréoscopiques (3D), de jour comme de nuit. Les CSO-1 et 3, en mission d’observation et de reconnaissance, seront placés à haute altitude et fourniront de la très haute résolution. Satellite dit d’identification, CSO-2 sera lui placé à moins de 500 km d’altitude et fournira de l’image en extrêmement haute résolution (on parle là d’une précision inférieure à 30 centimètres), afin, notamment, de préparer des frappes et de guider des missiles de croisière.

Avec ce programme « maison » (L’européen Airbus Defence and Space et le franco-italien Thales Alenia Space sont à la manoeuvre), la France veut rester dans le concert des nations capables de défendre leurs intérêts hors de leurs frontières. Bien au-delà, même, puisqu’il s’agit de prendre position dans l’espace. Au cœur d’une guerre des étoiles déjà commencée et qui va s’intensifier dans les prochaines années.

Brouillage, espionnage, cyber-attaques, armes antisatellites… les menaces s’accumulent dans l’espace, mettant la France au défi de muscler ses capacités dans ce domaine hautement stratégique et de plus en plus militarisé. Les plus grandes puissances (…)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :