jeu. Août 22nd, 2019

Le public à la rencontre d’une miss France “sapristiment” incroyable

Avant la parade avenue Pouvanaa a Oopa, puis la cérémonie dans les Jardins de Paofai, la miss France 2019, Vaimalama Chaves, a été reçue à la Présidence par le président Edouard Fritch, le haut-commissaire René Bidal, et plusieurs ministres.

Aux Jardins de Paofai, la Miss France a ensuite été élevée au rang de chevalier de l’ordre de Tahiti Nui par le président Edouard Fritch, devant une foule venue nombreuse l’admirer et la féliciter pour son titre d’ambassadrice du fenua.

Rappelons que la couronne n’avait pas été remportée depuis 1998 après le sacre de Mareva Galanter.

Voici à présent l’allocution intégrale prononcée par le chef de l’exécutif local lors de la cérémonie de décoration de l’ordre de Tahiti Nui.

Chers amis, 

D’entrée, en expression de l’émotion et de la fierté qui nous enveloppent en cet instant, je vous propose d’acclamer de toutes nos forces notre Miss Tahiti et Miss France. 

Par nos applaudissements et nos cris de joie, montrons à Vaimalama toute l’affection et toute la reconnaissance que nous voulons lui manifester. 

Toute la Polynésie veut également exprimer son immense bonheur pour cette magnifique réussite de notre Miss. Hier, à l’occasion de l’ouverture de l’exploitation de Natitua, j’étais en conversation simultanée avec tous nos maires des îles Marquises et des Tuamotu. Tous m’ont demandé d’embrasser notre Miss en leur nom. Je remplirai avec fidélité – et avec l’accord d’Angéline – la mission importante qui m’a été confiée par nos maires. 

J’ai constaté que l’élan populaire qui s’est créé pour venir en soutien à notre Miss, a été « sapristiment » incroyable. Des citoyennes et des citoyens de notre Pays, des personnes sans lien particulier avec notre Miss, des hommes, des femmes, des jeunes, des moins jeunes, se sont mobilisées spontanément, avec une grande ferveur et une grande générosité pour la soutenir dans sa grande aventure du concours Miss France. C’est une vraie preuve de solidarité. 

Nous savons déjà que les Polynésiens sont solidaires envers les plus modestes d’entre nous. Je constate aussi que les Polynésiens sont pleinement solidaires envers les meilleurs d’entre eux, que ce soit envers une Miss ou nos meilleurs sportifs. Merci. Merci d’être fiers de nous-mêmes, d’être Polynésiens. C’est un acte d’amour envers votre Pays. 

Après toutes les frustrations que nous avions vécu ces dernières années, avec nos Miss à la porte du grand podium, nous avions tous le grand espoir, que cette année, la Polynésie allait pouvoir décrocher le graal grâce à notre perle Vaimalama. 

Espérance comblée. Fierté partagée. 

Le sacre de Vaimalama, avec son lot de bonheur et d’émotions ressentis par tous les Polynésiens, est un vrai cadeau de Noël pour tous les Polynésiens. Je dirai même que c’est le plus beau de tous les cadeaux offerts à tous les Polynésiens pour ce Noël 2018. Merci Vaimalama, notre enfant chéri, du fond du cœur.  

Je voudrais également remercier et saluer les parents et les grands parents qui ont élevé et éduqué Vaimalama. Vous avez aussi directement contribué à la réussite de Vaimalama. Sa force de caractère, sa détermination et sa gentillesse sont à l’image de l’éducation qu’elle a reçue dans son milieu familial. 

Pour arriver à ce résultat exceptionnel, nous savons tous que le parcours de Vaimalama n’a pas été facile. Elle l’a avoué devant des millions de personnes. Il a fallu se préparer physiquement pour avoir « les formes » plus harmonieuses avec des conséquences sur le plan psychique, qu’elle a dû faire face avec des hauts et des bas. 

Je voudrai tant que nos enfants, nos filles puissent ressembler à notre Miss, belle et intelligente. Toutes les mamans, tous les papas, veulent que leurs filles soient belles et intelligentes. Vaimalama est un exemple qui montre que cette réalité est possible. Cela doit donner du courage et de la persévérance aux parents. 

Je terminerai mes propos en félicitant à nouveau notre Miss et en lui adressant notre affection et tous nos encouragements pour la suite de sa carrière.  

Aussi, je vous propose de rendre un hommage territorial à notre Miss.

Vaimalama, Ruupearii, Myriam CHAVEZ, tu es née le 3 décembre 1994 à Papeete. Aujourd’hui, tu as tes 24 ans et tu possèdes des mensurations, que je ne détaillerai pas, nécessaires pour être une miss. 

Tu as passé ton baccalauréat en 2012 au lycée La Mennais, ensuite un BTS en 2014 au lycée Aorai, puis une licence à l’école supérieure de la Chambre de commerce et enfin un master en management en 2017 à l’Université de Polynésie française. Voilà déjà un beau parcours construit sur un cursus technologique et ainsi plus pragmatique et pratique.

Tout en menant tes études en licence, tu as commencé à travailler à 22 ans comme surveillante d’étude au collège La Mennais. Puis, tu as toujours cherché à faire de petits jobs, et même à être volontaire au service civique au sein d’une administration. Etudier et travailler ont été les occupations essentielles de ton parcours depuis 2012, après ton baccalauréat. 

Ton parcours de jeune fille met déjà en évidence une volonté certaine et forte d’être responsable, d’avancer et de réussir.   

Et justement, pour réussir, tu as réalisé un travail fantastique sur toi-même, pour perdre du poids, tu as transformé les sarcasmes subis en défis, tu as appris à jouer les instruments les plus essentiels de notre culture, la guitare et le ukelele, tu sais charmer les cœurs des adultes et des enfants ; en résumé, tu vois la vie par le côté éclairé. Optimisme, positivité, transparaissent sur ton regard et tes sourires.

Aussi, pour toutes les qualités et les sacrifices qui t’ont permis aujourd’hui d’être reconnue par toute la France, je t’élève au  grade Chevalier de l’Ordre de Tahiti Nui. 

 

2 thoughts on “Le public à la rencontre d’une miss France “sapristiment” incroyable

Répondre à Redaction Tahitinews Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :