mar. Mai 21st, 2019

Hommage à nos chers disparus en 2018

Alors que 2018 s’achève, nous avons voulu rendre hommage à celles et ceux qui nous ont quittés durant l’année. 

Il y a quelques jours seulement, le 26 décembre, Tarita Sinjoux décédait brutalement des suites d’un accident vasculaire cérébral. Connue pour son dynamisme et son franc-parler, on se souvient d’elle notamment à l’assemblée de la Polynésie française où elle avait occupé la fonction de représentante au sein du groupe Tahoeraa huiraatira à partir de 2001.

Une pensée également par Charles Teai, dit “Carlos Quintos” qui, durant de nombreuses années, a commenté à sa façon l’actualité politique du fenua. Il s’est éteint à l’âge de 76 ans dans la plus grande discrétion, courant décembre, et ses attaques répétées contre la “vieille biquette nui” (surnom donné à Gaston Flosse) amusaient beaucoup à une certaine époque.

Le 1er novembre, c’est Alban Ellacott qui tire sa révérence à 84 ans. Jusque la fin de sa vie, il aura beaucoup oeuvré pour le renouveau de la culture polynésienne. Ingénieur diplômé de l’école des Ponts et Chaussées, il a été ministre dans l’un des tous premiers gouvernements de Gaston Flosse à avènement de l’autonomie interne au début des années 80.

Autre personnage marquant: Michel Charleux dont la disparition à 73 ans, le 15 octobre, permet un bref retour en arrière sur toute une vie passée au service de l’archéologie et de l’anthropologie. A son actif, rappelons que dans les années 1980, il entreprend avec l’accord du Département Archéologie du CPSH (Centre Polynésien des Sciences Humaines) et avec l’aide de la municipalité de Paea et d’une troupe d’Eclaireurs, le débroussaillage et la restauration du marae Ta’ata , alors très dégradé et malheureusement sans entretien.

Disparition brutale, le 26 août, du tavana de Punaauia, Rony Tumahai. Il n’avait que 69 ans. Il siégeait alors à l’assemblée de la Polynésie française.

Le 18 juin, le monde de la culture perd quelqu’un d’exceptionnel en la personne de Patrick Amaru, poète et écrivain hors-normes.

Dans la sphère du syndicalisme, à noter le décès de Ronald Terorotua le 6 avril.

Le 22 février, un autre élu, des Tuamotu cette fois-ci, quitte la scène politique: Moehau Teriitahi. Jusqu’au bout, il aura affronté la maladie avec beaucoup de courage et de réalisme.

Enfin, Taaria Walker (87 ans), femme Rurutu porteuse de nombreux savoirs et Wilson Mahuta, membre du jury du Heiva i Tahiti 2017, laissent un grand vide autour d’eux depuis le début de l’année 2018.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :