mar. Juil 23rd, 2019

Portrait de Tim Berners-Lee, le père du Web

Si le terme de génie du numérique peut s’appliquer à quelqu’un, c’est bien à lui. Pourtant, le père du Web n’a jamais tiré profit de son invention.

Elève appliqué, Tim Berners-Lee obtient en 1976 une maîtrise de physique au Queen’s College de l’université d’Oxford. Il entame sa carrière professionnelle en travaillant pour un fabricant d’équipements de télécommunications, avant de rejoindre une société spécialisée dans l’impression informatique. En 1984, à 30 ans, devenu consultant indépendant, il réalise une mission au Cern, le Conseil européen pour la recherche nucléaire, à Genève, afin de mettre au point une base de données interne pour les chercheurs.

En mars 1989, il a l’idée de connecter le programme qui gère cette base de données à l’Internet naissant, afin de permettre aux chercheurs, éparpillés dans différents centres de recherche et utilisant différents types d’ordinateurs, d’accéder à des notes, documents et informations stockés sous des formats hétéroclites. Il imagine alors un système capable de gérer toutes ces informations numériques. Pour cela, il attribue une adresse à chaque document (un URL) afin de le localiser dans le système et le relie aux autres par un système de lien hypertexte.

En faisant cela, il pose deux des bases du Web. S’y ajoutent un protocole de transfert permettant aux machines de dialoguer (l’Hypertext Transfer Protocol, ou HTTP) et un langage particulier (l’Hypertext Markup Language, ou HTML). «J’avais rédigé un mémo intitulé “Gestion de l’information : une proposition” », qui expliquait comment un système basé sur les liens hypertextes et des ordinateurs connectés entre eux pouvait aider les chercheurs du Cern à mieux partager leurs informations, et à mieux y accéder. C’est ce mémo qui est aujourd’hui considéré comme la base du Web tel que nous le connaissons », expliquait-il à l’occasion des vingt-cinq ans de son invention.

Il a aussi l’intuition que, pour que son système fonctionne, il faut que son protocole soit universel. Donc gratuit. Il convainc alors le Cern d’ouvrir sa découverte à…

(…) Cliquez ici pour voir la suite

Source: Yahoo actualités

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :