ven. Fév 22nd, 2019

Benalla et ses passeports diplomatiques: les failles du système

L’ex-collaborateur d’Emmanuel Macron Alexandre Benalla a utilisé une vingtaine de fois des passeports diplomatiques après son licenciement de l’Elysée, a déclaré mercredi le directeur de cabinet du président de la République, Patrick Strzoda.

“Nous savons aujourd’hui que M. Benalla a utilisé presque une vingtaine de fois ces passeports entre le 1er août 2018 et le 31 décembre”, a-t-il dit devant la Commission des Lois du Sénat, indiquant qu’il venait d’apprendre cet élément.

Le parquet de Paris, saisi par le ministère des Affaires étrangères, a ouvert le 29 décembre une enquête préliminaire visant Alexandre Benalla pour la non-restitution de ses deux passeports diplomatiques.

Le service compétent du Quai d’Orsay avait envoyé une lettre à l’ex-chargé de mission pour demander leur restitution le 26 juillet, 5 jours avant son départ effectif, puis une nouvelle fois le 10 septembre, a décrit Patrick Strzoda, qui a dit avoir pour sa part demandé début octobre au responsable du service du protocole à l’Elysée de s’assurer que cela soit fait.

Alexandre Benalla possédait cinq passeports, trois diplomatiques, et deux de service, a précisé Patrick Strzoda.

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a expliqué que ses services étaient dans l’impossibilité de “désactiver” les passeports diplomatiques de l’ancien collaborateur, en dépit d’échanges dès octobre avec le Quai d’Orsay.

“Techniquement, le ministère de l’Intérieur n’est pas en mesure, dès lors que ces passeports ne relèvent pas du ministère de l’Intérieur, de pouvoir empêcher leur utilisation sauf dans certains cas si on est sur une procédure notamment judiciaire”, a-t-il dit devant la Commission des Lois.

COMPORTEMENT FAUTIF

Le premier passeport diplomatique, valide pour un an et sollicité par le biais du service du protocole de l’Elysée, a été émis le 2 juin 2017, le second, par le même canal pour une durée de cinq ans, le 20 septembre 2017, à la demande du collaborateur qui voulait un document “d’une durée égale à celle du mandat du président”.

Le troisième a en revanche a été demandé directement par Alexandre Benalla au Quai d’Orsay, après les événements du 1er-Mai qui ont entraîné in fine son licenciement pour des violences sur des manifestants, le document a été délivré le 24 mai 2018.

“C’est une initiative personnelle de l’intéressé”, a déclaré Patrick Strzoda. “On est confrontés à un comportement fautif de l’individu qui a peut-être profité de failles du système.”

Alexandre Benalla possédait en outre deux passeports de service; “le premier lui a été délivré bien avant qu’il soit à l’Elysée” pour son rôle à la délégation interministérielle à l’égalité des chances des Français d’Outre-mer, le 29 août 2016.

Le deuxième passeport a été délivré le 28 juin 2018, là encore à l’issue d’une initiative “personnelle”.

“Pour obtenir ce passeport, M. Benalla a adressé au ministère de l’Intérieur une note dactylographiée à en-tête du chef de cabinet, une note non signée de façon manuscrite”, a déclaré Patrick Strzoda, qui a dit avoir saisi le parquet mercredi matin à propos de ce “faux”.

Des deux passeports de service, invalidés le 30 juillet, le deuxième a été restitué le 11 janvier, le premier devrait l’être “dans les jours qui viennent”, a-t-il précisé.

Source: Yahoo actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :