ven. Fév 22nd, 2019

Japon: cuisant échec à l’hôtel des robots

L’établissement Henn-na devait être le premier hôtel au monde entièrement tenu par des robots. Moins de quatre ans après son ouverture, il renvoie la moitié de son personnel métallique, victime de bugs à répétition.

Le réceptionniste a les dents longues et sort facilement ses griffes. Sa collègue en tailleur blanc, cheveux et foulard joliment noués, est aussi impassible à la fourrure de son voisin qu’aux appareils photo régulièrement brandis sous son nez. «Irashaimasu !» (Bienvenue !) La belle et la bête accueillent les clients amusés. A l’hôtel Henn-na, qui signifie bizarre, étrange ou drôle en français, les créatures artificielles sont aux manettes, comme le montrait fin 2015 le reportage de la BBC visible ci-dessous :

Lancé en fanfare en juillet 2015 en plein cœur du gigantesque parc d’attractions Huis Ten Bosch à Sasebo, près de Nagasaki, au sud du Japon, l’établissement devait être le premier au monde entièrement tenu par des robots. Las, il licencie aujourd’hui la moitié des 243 qu’il emploie. Motif ? Ils plombent la productivité. Loin de faire baisser la main-d’œuvre, les robots l’augmenteraient, car leurs multiples dysfonctionnements exigent trop souvent l’intervention d’humains. Un comble pour de simples machines.

Au début, pourtant, l’histoire semblait séduisante. Le succès du premier hôtel Henn-na étant au rendez-vous, d’autres enseignes ont suivi à Tokyo et dans ses environs, bientôt à Osaka, Fukuoka et Kyoto. «Le Japon manque de chambres d’hôtel et de main-d’œuvre, a déclaré Miura Tatsuki, directrice de la division des relations publiques de l’agence de voyages HIS à la tête du réseau. Nous avons créé cet hôtel en partie pour répondre aux problèmes de société.»

A Sasebo, un vélociraptor à nœud papillon et une humanoïde battant des cils gèrent les enregistrements. Deux «concierges» Nao, petits androïdes du français Aldebaran racheté par la holding nippone Softbank, guident les clients, les orientent ou les informent des horaires du petit-déjeuner. Logé (…)

Lire la suite sur Liberation.fr

Source: Yahoo actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :