lun. Nov 11th, 2019

Aggravation du déficit de notre balance commerciale

En 2017, le solde de la balance commerciale en Polynésie française – différence entre le montant des importations et celui des exportations locales – s’est fortement détérioré, moyennant un taux de couverture de seulement 7,5%.

Ce déficit croissant (160 milliards de Fcfp), qui illustre notre extrême dépendance vis-à-vis de l’extérieur, constitue également le revers de la reprise économique!

En effet, alors que les importations civiles ne cessent de progresser depuis 2015 pour un montant total de 173 milliards de Fcfp, sous l’effet conjugué de la consommation des ménages et des besoins en équipement des entreprises, les exportations polynésiennes (perles principalement) plafonnent quant à elles autour de 12 milliards bon an mal an. Même si en 2017, elle atteint la valeur la plus élevée de ces neuf derniers exercices, précise l’Institut de la statistique (ISPF).

Rien que la valeur des importations de produits automobiles a cru de 27% en 2017, les commandes de voitures de tourisme passant de 4 217 à 5 884 unités. Ce qui fait au passage la bonne affaire des concessionnaires!

Enfin, à signaler que la France métropolitaine, malgré l’éloignement, reste de loin le premier fournisseur (valeur CAF) de biens du fenua, pour un total de 47 milliards de Fcfp en hausse de 4%. Viennent ensuite la Chine (environ 20 milliards de Fcfp), les Etats-Unis puis la Corée du sud et la Nouvelle-Zélande au coude à coude.

Source: ISPF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :