ven. Fév 22nd, 2019

La ministre du Travail prend la mesure des missions des MFR

La ministre du Tourisme et du Travail, Nicole Bouteau, est allée, jeudi, à la rencontre des MFR (Maisons familiale rurales) de Vairao et de Papara.

Elle était accompagnée du président du Comité polynésien des Maisons familiales Rurales (CPMFR), Temauri Foster, des présidents des conseils d’administrations des quatre établissements MFR et des représentants de l’Union Nationale des Maisons Familiales rurales (UNMFREO).

Cette rencontre a été l’occasion pour la ministre du Travail, au travers des différentes interventions, de prendre la mesure des missions et des enjeux liés aux formations par alternance dispensées par la MFR.

Pour le président du conseil d’administration du comité polynésien des MFR, Temauri Foster, « la priorité pour l’ensemble des établissements scolaires MFR est la rénovation et l’équipement des structures vétustes ». Une priorité approuvée et soutenue par la ministre qui a pu constater sur site les besoins réels de ces établissements. Le maire de Taiarapu-Ouest, Wilfred Tavaearii, a fait part de son soutien également aux projets des MFR. La ministre a rappelé que le Pays consacre 120 millions Fcfp cette année à l’extension et à la rénovation des MFR de Vairao Garçons et de Taha’a.

Le Comité Polynésien des Maisons Familiales Rurales (CPMFR) regroupe les huit associations Maisons Familiales Rurales existantes en Polynésie, dont quatre sont situées à Tahiti, et quatre à Huahine, Taha’a, Hao et Rurutu. La première Maison familiale Rurale a été implantée à Papara en 1981, à l’initiative de Michel Lehartel et de Roger Doom. Les Maisons Familiales Rurales dispensent, depuis plus de trente années, une formation initiale, une formation par apprentissage ou encore une formation continue, en alternance. Principalement axées vers le secteur primaire, ces formations diplômantes contribuent largement à asseoir le développement d’une filière indispensable à l’essor de notre Pays : l’agriculture. Pour autant, l’offre de formation est en constante évolution et s’adapte au contexte économique, social et culturel. L’originalité des Maisons Familiales Rurales réside en ce regroupement d’acteurs sociaux et économiques au sein d’une association aux fins de définir, en concertation avec les équipes dirigeantes, pédagogiques et les parents, les orientations en termes de formations.

Source: Gouvernement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :