sam. Août 17th, 2019

Le Bougainville n’est plus, vive le BSAOM !

Depuis le 1er janvier 2019, le « Bougainville » a changé d’appellation, passant de bâtiment multi-missions (B2M) à bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM).

Si cela ne change en rien les capacités du navire ou des équipages, il correspond mieux aux multiples missions de ce bâtiment affecté en Polynésie française.

C’est dans le cadre du plan Mercator (déclinaison pour la Marine nationale de la Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025), que le chef d’état-major de la Marine nationale a décidé de clarifier les appellations de nombreux types de bâtiments.

Ces nouvelles désignations ont ainsi pour but d’appréhender plus facilement le rôle et la vocation opérationnelle des navires militaires pour le grand public, de disposer pour les armées d’une liste plus simple et compréhensible, et enfin de permettre aux alliés de mieux comprendre l’architecture de la flotte française par le rapprochement avec la typologie de l’OTAN.

Pour la Polynésie française, seul le « Bougainville » est concerné par ce changement, en attendant l’arrivée des POM (patrouilleurs outre-mer) qui devraient arriver dans les prochaines années.

Les différents bâtiments de la Marine sont à présent répartis en trois groupes d’emploi : les bâtiments de combat, hauturiers, caractérisés par leurs capacités offensives (porte-avions et porte-hélicoptères, les frégates de 1er rang lorsqu’elles ont la capacité à opérer en temps de guerre, et de 2ème rang lorsqu’elles sont limitées normalement au temps de crise) ; les patrouilleurs caractérisés par le domaine de la patrouille et enfin les bâtiments spécialisés pour les navires d’emploi spécifique. Ces derniers, dont fait partie le « Bougainville », portent le baptême « Bâtiment » suivi de leur fonction principale.

Source: Armées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :