ven. Fév 22nd, 2019

A Mayotte, les femmes ont en moyenne cinq enfants

L’Insee publie les premiers résultats du recensement sur l’île qui montrent que quatre foyers sur dix vivent dans des habitations faites de tôles ou de végétaux. La moitié des habitants a moins de 18 ans.

Ce sont des statistiques comme l’Insee n’en recueille pas souvent. Mayotte est une île de 256 500 habitants où aucun chiffre ne ressemble à ceux de la métropole. La croissance de la population, qui était déjà de 2,7% entre 2007 et 2012 a atteint 3,8% entre 2012 et 2017. La moyenne des départements français est de 0,5%.

Cette forte croissance est due pour l’essentiel au solde naturel. «Avec 38 naissances pour 1 000 habitants, le taux de natalité est trois fois supérieur à celui de la métropole», écrit l’institut. La natalité «a fortement progressé ces cinq dernières années», les femmes ont en moyenne cinq enfants (contre 1,9 en métropole). A Mayotte, «les trois quarts des bébés […] ont une mère de nationalité étrangère, principalement comorienne». Ajoutons, ce que l’Insee ne précise pas car ce n’est pas sa fonction, qu’il ne suffit pas d’être né en France pour devenir automatiquement français.

Dans l’ensemble des départements d’outre-mer, Mayotte présente une fécondité à part. Elle y est plus élevée qu’en Guyane (3,6%). Cette fécondité élevée est surtout due à des femmes jeunes : les taux de fécondité des moins de 20 ans sont dix fois supérieurs à ceux qu’on relève en métropole. Dans cette population où un habitant sur deux a moins de 18 ans, le taux de mortalité est logiquement trois fois moins élevé qu’en métropole. Mais «en lien avec des conditions de vie plus difficiles, il est cependant plus élevé qu’en métropole à chaque âge». Et l’espérance de vie à la naissance est inférieure de huit ans.

Mayotte est une île d’immigration, avec une forte majorité de personnes venues des Comores, «surtout des femmes de 15 à 34 ans avec leurs enfants». Mais le département est aussi une terre que «de nombreux jeunes de 15 à 24 ans quittent».

Lire la suite sur Liberation.fr

Source: Yahoo actualités

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :