sam. Juil 20th, 2019

Coup d’envoi de l’aide pour l’acquisition de matériels de radiocommunication

En vertu de la loi du Pays n° 2019-1 du 17 janvier 2019 instituant une aide pour l’acquisition de matériels de radiocommunication sur les navires et son arrêté d’application publiés au journal officiel de la Polynésie française le 8 février 2019, le dispositif est désormais applicable.

Il prévoit que le taux d’aide est de 50 % de la dépense concernée, avec un plafond de 1 million Fcfp par navire.

L’aide est calculée en montant HT et comprend le coût de la main d’œuvre pour l’installation des équipements. Elle se fait sous la forme d’un remboursement sur présentation de la facture. Sont éligibles, les personnes physiques ou morales installées en Polynésie française (domicile ou siège social), titulaires d’une licence de pêche professionnelle délivrée par la Polynésie française en cours de validité et exploitant un navire de pêche existant.

L’instruction des dossiers est assurée par la direction polynésienne des affaires maritimes (DPAM), auprès de Virginie Ganahoa-Tropee, située au premier étage des locaux de la DPAM, route de la Papeava à Fare Ute. Pour plus d’information vous pouvez contacter l’agent instructeur par téléphone au 40.54.45.53 ou par courriel : virginie.ganahoa@maritime.gov.pf  Le dossier peut être retiré sur place ou téléchargé sur la page d’accueil du site internet www.service-public.pf/dpam

Les matériels concernés sont les suivants :

  • Pour les navires de pêche armés en 1ère catégorie ou en 2ème catégorie :
    • la station de navire Inmarsat C avec récepteur AGA ;
  • Pour les navires de pêche armés en 1ère catégorie, 2ème catégorie, 3ème catégorie, ou 4ème catégorie :
    • la radiobalise de pont par satellite COSPAS-SARSAT (RLS) fonctionnant dans la bande des 406 MHz ;
    • le largueur pour les radiobalises de pont (RLS) lorsque celui-ci a 1 an ou plus à la date de promulgation de la loi du pays n° 2019-1 du 17 janvier 2019 ;
    • la pile au lithium équipant les radiobalises de pont (RLS), dès lors que celle-ci a plus de 3 ans à la date de promulgation de la loi du pays n° 2019-1 du 17 janvier 2019.

 Aucun usager de la mer ne doit être spectateur de sa sécurité mais tous doivent en être acteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :