jeu. Août 22nd, 2019

38 paquebots de 24 compagnies différentes attendus en 2019 dans nos eaux

La ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, a fait un point, mardi après-midi, sur l’activité “Croisière” en Polynésie française.

Depuis 2017, en nombre de passagers, le port de Papeete est désormais le quatrième port de tête de ligne au niveau national (y compris outre-mers) et le troisième pour l’ensemble des destinations du Pacifique Sud. Signe d’une attractivité avérée et d’un développement maitrisé et diversifié, la Polynésie française va ainsi accueillir en 2019, 38 navires et 24 compagnies différentes (contre 23 navires et 15 compagnies différents en 2010). Par ailleurs, malgré la tendance internationale de proposer des navires de taille de plus en plus importante, la destination conserve depuis dix ans une moyenne de passagers par escale en-deçà de 500 passagers, avec une très large majorité de navires parfaitement adaptés aux escales dans les îles de la Polynésie française.

Avec plus de 600 accueils de paquebots réalisés par les comités du tourisme et Tahiti Tourisme chaque année, la gestion des escales par le Port autonome de Papeete, le soutien aux exportateurs et la formation des prestataires d’activités par la CCISM, ainsi que l’ensemble des agents maritimes et réceptifs impliqués, des fournisseurs et opérateurs du secteur, réunis notamment au sein du Tahiti Cruise Club, le développement de la croisière est l’exemple d’une synergie gagnante reposant sur la coopération publique/privé, a également souligné Nicole Bouteau.

Dans ce contexte et pour la onzième fois, Tahiti sera naturellement au rendez-vous du Seatrade, à Miami, pour le plus important salon professionnel mondial de l’industrie de la croisière organisé du 8 au 11 avril 2019. Des représentants du ministère du Tourisme, de l’Equipement, du Port autonome de Papeete et de Tahiti Tourisme, accompagneront les professionnels polynésiens du secteur qui composent le Tahiti Cruise Club. Au sein du stand commun de la South Pacific Cruise Alliance, la Polynésie française aura donc une nouvelle fois une très belle opportunité pour promouvoir et valoriser les différentes escales, à la fois sous les angles techniques, opérationnels, réceptifs et marketing.

A l’échelle régionale…

L’ensemble du Pacifique Sud pèse pour plus de 6% de l’activité croisière internationale (contre 35,4% pour les Caraïbes, 15,8% pour la Méditerranée, ou 11,3% pour la Mer du Nord). La Polynésie française pèse un peu moins de 2% de l’activité avec +1000 escales/an, et un flux passager annuel autour de 440 000 arrivées en escale en Polynésie française. En comparaison, l’Australie opère 750 escales à l’année, la Nouvelle-Zélande 700 escales à l’année, et certaines destinations du Pacifique Sud insulaire ne totalisent que 15 à 20 escales/an. En se positionnant comme une tête de ligne incontournable dans le Pacifique, en liaison avec les ports de Hawaii, de Fidji et de Nouvelle-Zélande, la destination incite les armateurs à opérer davantage dans l’ensemble de la zone de navigation, et de ne plus la considérer seulement comme une destination de passage. Cette stratégie a notamment conduit à une augmentation du nombre de tête de ligne opérées sur Papeete, 135 en 2018, et 118 prévues en 2019.

A partir du communiqué – Photo: Port autonome de Papeete

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :