mar. Sep 17th, 2019

Les PTOM à une période charnière dans les relations avec l’Union européenne

Ce matin, à l’ouverture du 17ème Forum Pays et Territoires d’Outre-Mer – Union européenne, le président de la Polynésie française  a prononcé un discours que nous publions ci-dessous dans son intégralité.

Chers amis,

Monsieur le Commissaire, permettez-moi tout d’abord, au nom de l’ensemble des Pays et Territoires d’Outre-Mer, de vous souhaiter chaleureusement la bienvenue en Polynésie française et de vous remercier de l’honneur que vous nous faites en présidant cette 17ème édition du Forum de dialogue entre les autorités des Pays et Territoires d’Outre-Mer, les Représentants des Etats membres et la Commission européenne.

Ia orana, maeva e manava!

C’est un immense plaisir pour nous d’accueillir à nouveau à Tahiti un Forum PTOM-UE, 14 ans après celui du 31 mars 2005, qui avait alors été présidé par le Directeur Général de la DG Développement, Monsieur Stefano MANSERVISI.

C’est surtout un honneur et un privilège que de recevoir à nouveau un Commissaire européen à la coopération et au développement, plus de 20 ans après la visite à Tahiti du Commissaire João PINHEIRO, autant dire au siècle dernier.

Que de chemin parcouru depuis l’instauration du premier Forum de dialogue tripartite par la décision d’association d’outre-mer du 27 novembre 2001.

Depuis le Forum de Tahiti de 2005 où le concept d’appartenance à la « grande famille européenne » a été pour la première fois énoncé, les PTOM ont souhaité bâtir sur ce socle une relation, non plus de dépendance, mais de partenariat équilibré répondant à leurs aspirations pour un développement durable, dans le plein respect de leur autonomie.

Le rendez-vous annuel du Forum PTOM–UE constitue à ce titre un évènement majeur de notre calendrier institutionnel et politique, en ce qu’il nous permet de continuer à nourrir les liens entre nos pays et territoires respectifs, aux côtés de nos Etats membres, tout en tissant et en renforçant notre dialogue avec l’Union européenne et ses institutions.

Avant d’aborder dans ma prochaine intervention la Déclaration politique de l’OCTA, fruit de nos débats sur notre vision et nos souhaits pour le futur partenariat post-2020, permettez-moi de partager avec vous quelques éléments de réflexion succincts.

En tant que témoin privilégié depuis ces 20 dernières années, j’ai l’intime conviction que les PTOM ont su démontrer leur capacité à s’organiser et à s’unir pour porter d’une seule voix, malgré leurs diversités de culture, de langue, de statut ou de niveau de développement, leurs intérêts communs face aux enjeux et aux défis de leur relation avec l’Europe. De ce fait, ils ont acquis leur pleine légitimité dans le dialogue tripartite avec la Commission et les Etats membres.

Aujourd’hui, nous nous trouvons à nouveau à une période charnière de notre relation avec l’Union européenne. Les enjeux du débat que l’on a coutume d’appeler « post-2020 », qu’il s’agisse de la proposition de nouvelle décision d’association outre-mer, des discussions sur le futur cadre financier pluriannuel 2021-2027, ou encore des négociations post-Cotonou sur le futur partenariat UE-ACP, nous obligent à redéfinir notre vision et nos objectifs pour l’avenir et à revoir les modalités de mise en œuvre de notre partenariat. C’est l’occasion de tirer les leçons du passé, de consolider les acquis et d’améliorer ce qui n’a pas bien fonctionné.

En tant que PTOM, nous devons aussi faire face à la douloureuse question des implications du BREXIT pour nos amis des PTOM britanniques. Face aux incertitudes inhérentes à cette situation extra-ordinaire, nous souhaitons la recherche de solutions pragmatiques et solidaires pour préserver et faciliter la poursuite de la coopération entre l’ensemble des membres d’OCTA, car nos amis des PTOM britanniques, premières victimes de cette situation, ne cesseront pas d’être nos voisins et nos frères, à cause de la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne.

Chers amis, l’année 2019 sera également une année politiquement chargée avec les élections européennes en mai, suivies du renouvellement des membres de la Commission européenne en octobre.

Face aux opportunités et défis qui s’offrent à nous, le renforcement de notre partenariat ne saurait se faire sans la pleine mobilisation et l’engagement sans faille de tous les acteurs du dialogue tripartite : les PTOM, les Etats membres, que nous remercions de leur soutien, et les institutions de l’Union européenne.

N’oublions jamais que ce qui nous unit doit toujours être plus fort que ce qui pourrait nous diviser.

Chers amis, je souhaite que nos débats soient fructueux et porteurs d’ambitions pour le nouveau partenariat UE-PTOM que nous appelons de nos vœux.

Je vous remercie de votre attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :