jeu. Mai 23rd, 2019

L’Equipement aux abonnés absents…

Faute d’entretien régulier des bas côtés par les agents compétents, les riverains de Mahina se voient contraints de devoir sortir la débroussaille.

Ce n’est pas la première fois que ce type de défaillance est constaté dans les communes ! Et certainement pas la dernière, malheureusement…

Lorsqu’il ne s’agit pas des collecteurs d’eau pluviale non curés – le meilleur exemple étant celui du Tombeau du roi qui débordent régulièrement par fortes pluies – ce sont les bords de route qui sont négligés par la puissance publique alors même que ces ouvrages ou autres parcelles de terre leur appartiennent.

La faute au m’en-foutisme des chefs ? A un manque d’effectifs ? Voire de crédits suffisants ? Toujours est-il que cette route (voir photo) menant au quartier Tirao à Mahina, au bas de la descente du Tahara’a, ne semble pas faire partie des préoccupations de la direction de l’Equipement. Outre l’aspect visuel peu reluisant, cette nature en friche pose quelques difficultés de circulation au point d’empêcher deux véhicules de se croiser en même temps.

Aussi, en cette journée du 5 mars, l’un des propriétaires de la vallée a demandé à l’un de ses jardiniers, sur ses propres deniers, d’élargir la voie de circulation pour le bien de la collectivité. Ira t-il jusqu’à adresser la facture à qui de droit ? Affaire à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :