sam. Déc 14th, 2019

Les déplacements aériens du gouvernement dans le viseur du grand débat national

Chaque jour, dans le cadre du grand débat national, Le Parisien passe une de vos propositions au crible. Ce mercredi, un encadrement plus strict des déplacements aériens du gouvernement.

En marge du grand débat national organisé par le gouvernement en réponse au mouvement des Gilets jaunes, Le Parisien invite ses lecteurs à lui envoyer les propositions de lois citoyennes qu’ils souhaiteraient voir émerger. Chaque jour, une partie d’entre elles sont passées au banc d’essai par la rédaction.

Ce mercredi, nous nous penchons sur les vols réservés aux ministres.

De quoi parle-t-on ?

Pour leurs déplacements « au titre de leurs fonctions », les membres du gouvernement doivent parfois prendre l’avion. Ils peuvent alors, comme le président de la République et le Premier ministre, avoir recours à l’« escadron de transport 60 ».

Cette unité de l’armée de l’Air est composée de sept avions. Trois d’entre eux (un Airbus 330, deux Falcon 7X) sont quasiment réservés aux chefs de l’Etat et du gouvernement. Restent donc quatre appareils : deux Falcon 2000 et deux Falcon 900. Le parc de l’« ET 60 » compte par ailleurs trois hélicoptères Super Puma. Mais eux aussi sont plutôt réservés au président et au Premier ministre.

Chaque vol est facturé par le ministère de la Défense. Et les tarifs sont chers : plus de 4000 euros de l’heure pour les Falcon accessibles aux ministres. D’où l’idée de faire des économies en obligeant les membres du gouvernement à utiliser des lignes commerciales classiques.

Combien ça rapporterait ?

« En réalité, les ministres ne prennent déjà quasiment plus les avions de l’escadron 60 », pose René Dosière. Cet ex-député socialiste, aujourd’hui à la tête de l’Observatoire de l’éthique publique, est spécialisé depuis de nombreuses années dans la gestion des finances publiques.

« François Fillon, lorsqu’il était Premier ministre (2007-2012, NDLR), puis François Hollande ont, tour à tour, restreint ces vols privés, souligne-t-il. Les membres du gouvernement se déplacent en (…)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :