mer. Mar 20th, 2019

Sur le toit de la restauration…

Avec Thierry Marx et Frédéric Anton, c’est l’ensemble de la restauration du monument qui prend goût et qualité, du cornet de frites du parvis au champagne à 276 m de haut.

Ensemble ils affichent 5 étoiles et incarnent la gastronomie française la plus traditionnelle, en y mêlant leur fantaisie. Aujourd’hui ils sont au sommet, et pas n’importe lequel : celui de la tour Eiffel, dont Thierry Marx et Frédéric Anton s’apprêtent à révolutionner la cuisine. Toute la cuisine, du simple sandwich ou de la gaufre achetés sur le parvis au menu à 7 plats du restaurant le Jules Verne du 2er étage, de la Brasserie 58 du 1er étage au minuscule, mais vertigineux, Bar à Champagne du 3e, en passant par les comptoirs salés-sucrés.

Une montée en gamme

A quelques jours de célébrer les 130 ans du monument que le monde entier nous envie et visite, la Société d’exploitation de la tour Eiffel et son partenaire de la restauration, Sodexo Sports et Loisirs, ont présenté la nouvelle offre de restauration qui ne doit rien moins que « faire de la Tour une destination gastronomique à part entière », selon le mot de nouveau directeur général, Patrick Branco-Ruivo. Montée en gamme, en qualité, et souci environnemental, le défi plaisait bien au duo de chefs choisis pour reprendre les « pianos » du 4emonument le plus visité de Paris.

Une révolution à tous les étages

Promise « pour le printemps », la nouvelle offre est de fait en germination, plus ou moins avancée selon la progression de ses chantiers corollaires : les restaurants, brasseries et même les espaces de vente à emporter, sont eux aussi repensés. Au Jules Verne, la transformation tire à sa fin et le gastronomique version Frédéric Anton ouvrira fin mai. Au 58, qui fermera pour travaux entre septembre 2019 et février 2020, Thierry Marx distille déjà ses nouveaux plats, pilote la nouvelle « guilde des artisans » créée pour approvisionner la Tour, et la brasserie nouveau look sera prête pour « début 2020 ». Petite levée de voile sur ce qui attend (…)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Source: Yahoo actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :