jeu. Juil 18th, 2019

Feu vert à la privatisation

L’Assemblée nationale a approuvé à nouveau jeudi soir la privatisation de la Française des Jeux (FDJ) prévue par le projet de loi Pacte, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire indiquant que la « formule privilégiée » est « une introduction en bourse ».

Après des débats acharnés, l’Assemblée nationale avait validé la privatisation d’ADP jeudi soir. Il en a été de même pour la Française des Jeux. Par 41 voix contre 15, les députés ont en effet donné leur feu vert dans la soirée. Le capital est actuellement détenu à 72% par l’Etat, celui-ci devant conserver « au minimum » 20% des parts.

Bruno Le Maire a indiqué que la « formule privilégiée » était une « introduction en bourse » de la FDJ, ce qui permettra aux Français « de prendre des parts ». Face aux inquiétudes d’élus de droite comme de gauche sur les risques accrus d’addiction aux jeux avec la privatisation, il a assuré qu’une régulation solide sera « plus efficace » que la présence de l’Etat au capital. Il a mis en avant la création d’une autorité indépendante qui aura « une compétence sur la régulation de l’ensemble des jeux » et qui pourra notamment « retirer un jeu de la commercialisation » si les risques d’addiction sont trop importants.

La refonte de la régulation doit se faire par ordonnance. Les députés ont précisé via un amendement que l’autorité de régulation sera «indépendante ». Bruno Le Maire a aussi rappelé que le produit des cessions d’actifs de la FDJ et d’Aéroports de Paris, à nouveau actée peu avant – ainsi que celles d’Engie également programmée -, doit contribuer à alimenter un fonds de 10 milliards d’euros destiné à financer des…

Lire la suite sur BFM Business

Source: Yahoo actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :