sam. Juil 20th, 2019

En pleine contemplation devant le Maro’Ura

Le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuiahutapu, s’est rendu, jeudi, au musée du quai Branly – Jacques Chirac afin de poursuivre les discussions sur les modalités d’un prêt longue durée pour un objet historique et hautement symbolique : le Maro ‘Ura.

Pour rappel, symbole du pouvoir, le Maro Ura était l’objet le plus important et le plus précieux pour les Arii Nui, les grands chefs des îles de la Société. Jusqu’à ce jour, une seule description existait concernant cet objet, celle faite par James Cook lors d’une cérémonie organisée par Tu (Pomare I) qui était ceint du Maro ‘Ura. On sait aussi qu’après le passage du navigateur Samuel Wallis, le Maro ‘Ura a été orné de fils rouge tirés d’un long fanion rouge apporté par le navigateur anglais.

Découvert récemment par Guillaume Alevêque au cours de recherches dans les réserves du musée du quai Branly, l’objet était recensé comme étant une « enveloppe de Too ».

Après avoir mené des analyses avec les équipes du musée sur des fragments de tissus décelés sur l’objet, Guillaume Alevêque est parvenu à démontrer qu’il s’agissait d’un tissu de laine teint à la garance, typique d’un drapeau anglais, celui de Wallis. Il a pu être démontré que ce fragment de Maro ‘Ura était certainement celui porté par Pomare I lors de la cérémonie à laquelle Cook avait assisté.

En marge de ces discussions, le ministre et la directrice du musée de Tahiti et des Îles, Miriama Bono, ont eu le privilège de se voir présenter le Maro ‘Ura, dans les réserves du musée du Quai Branly. Ce fut un moment d’intense émotion car, depuis plus de deux cents ans, ce sont certainement les premiers Polynésiens à contempler à nouveau cette œuvre. Leur mission est plus que jamais de ramener le Maro ‘Ura au musée de Tahiti et des Îles afin de le présenter à tous les Polynésiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :