dim. Août 25th, 2019

La Chine ne veut plus être la poubelle du monde

Pour ne plus être la première destination mondiale du recyclage, Pékin a banni début 2018 l’importation de plastiques et de plusieurs autres catégories de déchets qu’elle recyclait jusqu’alors.

Les importations chinoises de plastique sont ainsi passées de 600 000 tonnes par mois en 2016 à 30 000 tonnes par mois en 2018. Depuis, le circuit du recyclage mondial est en crise.

“Ça a été comme un tremblement de terre”, explique Arnaud Brunet, directeur du Bureau international du recyclage (BIR) basé à Bruxelles. “La Chine était le premier marché des déchets recyclables”. Et sa fermeture a “créé un choc sur toute la planète”.

Déchets redirigés vers l’Asie du Sud-Est

En l’occurrence, les déchets plastiques des pays développés ont commencé à être redirigés massivement vers plusieurs pays d’Asie du Sud-Est, où des industriels chinois du recyclage ont transféré leurs activités. La Malaisie particulièrement, qui compte une importante minorité chinoise, est devenue une destination de choix pour les industriels cherchant à déménager leur activité de Chine. Résultat, les importations de plastique du pays ont triplé depuis 2016, pour atteindre 870 000 tonnes l’an dernier, selon des données officielles.

Dans la petite ville de Jenjarom, près de Kuala Lumpur, les usines de retraitement de plastique ont poussé comme des (…)

Lire la suite sur Franceinfo

Source: Yahoo actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :