lun. Mai 20th, 2019

French bee en Polynésie: un an déjà !

Il y a bientôt un an, en effet, ce nouveau venu dans le paysage aérien polynésien apportait un second souffle à la destination.

Le 11 mai 2018, l’A 350 de French bee posait ses roues pour la première fois sur le tarmac de Tahiti-Faa’a. Certains ne donnaient alors pas cher de cette petite compagnie française low-cost dont la recette est simple: davantage de sièges, un produit de qualité et des prix inférieurs de 10 à 20% par rapport à ses concurrents. Et ça marche!

En 2018, Tahiti et ses îles ont enregistré une fréquentation en hausse d’environ 9%. Le profil des voyageurs a évolué parallèlement, offrant de réelles opportunités de développement pour les pensions de famille dans tous les archipels éloignés. Une nouvelle manière de voyager au delà du triptyque “bling-bling” que constitue le triangle Tahiti-Moore-Bora Bora.

Aussi, la ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, intervenant vendredi soir au Tahiti Manava Resort devant près de 200 convives – pour la plupart des partenaires touristiques – s’est félicitée de voir “French bee s’inscrire dans la durée”.

Même son de cloche pour la vice-président, Teva Rohfritsch, qui au nom du président Edouard Fritch, a dit “combien nous sommes fiers du travail accompli ensemble”.

Quant au Pdg, Marc Rochet, il a d’abord retracé la lente gestation de la compagnie au sein du groupe familial de Marc Dubreuil, avant d’exprimer sa confiance en l’avenir. “Nous allons accroître la fréquence de nos vols en période creuse”, a t-il confirmé devant les invités. Des recrutements supplémentaires de PNC polynésiens sont prévus à compter du mois de septembre et il a également annoncé la mise en service, à partir de 2021, d’un nouvel A 350-1000 dont la capacité peut atteindre 480 passagers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :