dim. Août 18th, 2019

Dans l’attente du transfert à la Polynésie des aéroports de Bora Bora, Raiatea et Rangiroa…

Le vice-président de la Polynésie française, Teva Rohfritsch a rencontré le directeur de cabinet de la ministre de l’Outre-mer, Thomas Degos, accompagné de son directeur de cabinet adjoint, Mathieu Lefebvre, de son conseiller en charge du transport, Olympio Kyprianou-Perrimond, et de l’adjoint au directeur du transport aérien à la Direction générale de l’Aviation civile (DGAC), François Theoleyre, afin de faire un point d’étape sur les dossiers relatifs au transport aérien international.

Ont été évoqués en particulier les prochaines étapes concernant la nouvelle concession d’Etat de Tahiti-Faa’a, et la situation des aéroports de Bora Bora, Raiatea et Rangiroa.

Au sujet des aéroports des îles, le vice-président a demandé à l’Etat de bien vouloir confirmer le calendrier prévisionnel des opérations à réaliser en vue du transfert effectif de ces trois aéroports de manière à ce que le Gouvernement de la Polynésie française puisse engager les étapes nécessaires à l’accueil de ces trois infrastructures et de son personnel. La mise en concession par le Pays de ces aéroports devrait être la forme privilégiée par les autorités polynésiennes. Le Pays reste néanmoins en attente des confirmations de l’Etat sur les délais et les modalités techniques et financières de ces transferts. Les ministères des Outre-mers et des Transports devraient confirmer ces éléments dans les jours prochains.

L’entretien a aussi été mis à profit pour évoquer les options en matière d’aéroport de déroutement en Polynésie française, dans un contexte favorable d’augmentation de la desserte aérienne. Le gouvernement de la Polynésie française réaffirme le souhait formulé par le Président Edouard Fritch de faire de Rangiroa l’aéroport de déroutement, compte tenu de l’espace disponible sur le site et des potentialités de développement ad hoc, mais également des capacités d’accueil en hébergement sur l’île. Ceci constituerait une réelle opportunité de développement pour Rangiroa et l’archipel des Tuamotu de bénéficier d’une infrastructure aéroportuaire internationale. Les études techniques et financières doivent être poursuivies dans un cadre partenarial entre l’Etat et le Pays.

Le vice-président a tenu également à remercier, au nom du Président Edouard Fritch, le cabinet du ministère de l’Outre-mer et la direction générale des outre-mer (DGOM) pour le travail d’instruction et d’accompagnement réalisé en vue de l’obtention de l’agrément fiscal pour les nouveaux appareils de la compagnie Air Tahiti Nui.

Communiqué du gouvernement

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :