dim. Sep 22nd, 2019

Première journée pour les volontaires du Service national universel

Formation en U, autour du drapeau bleu blanc rouge.

Les jeunes volontaires en uniforme (pantalon et veste bleu marine, polo blanc, casquette) se tiennent bien droit, les bras bien alignés le long du corps, dans une posture un brin militaire. Il est 7h30, lundi 17 juin, dans la cour du lycée polyvalent Aristide-Briand d’Evreux (Eure), et ces jeunes gens font partie des 2000 premiers volontaires du Service national universel (SNU), promesse de campagne d’Emmanuel Macron, pour renforcer la cohésion nationale et promouvoir l’engagement auprès des jeunes.

Ils n’ont pas pris leur petit déjeuner, alors certains ne résistent pas et il y a quelques malaises. Ces jeunes ados n’ont pas l’habitude de se lever aussi tôt. Curtis, 16 ans, arrive du Vaucluse. “On a mis le réveil à 5h30 pour arriver à l’heure au lever du drapeau. Je voulais voir ce que c’était… J’ai cru que ça allait être un peu plus strict. Mais ça va, c’est strict !”

Parmi les règles à respecter, pour ces douze jours de service national universel, pas le droit d’utiliser son téléphone portable dans la journée, ni de fumer. Place aux modules en groupe sur l’égalité hommes-femmes, ou sur les valeurs de la République. Mais comme la nuit a été courte, beaucoup de volontaires ont du mal à se concentrer. Paul et Karine, 16 ans, piquent du nez. “J’avoue, je n’ai pas retenu grand-chose, en fait, reconnaît Karine. C’était intéressant, mais avec le voyage et tout, j’avais du mal à suivre.” “C’était (…)

Lire la suite sur Franceinfo

Source: Yahoo actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :