dim. Déc 15th, 2019

L’avion du futur en forme de rapace…

Et si l’avenir de l’avion de ligne passait par les rapaces ?

Cette idée est de plus en plus développée par les constructeurs du monde entier pour tenter d’améliorer leurs créations et permettre de consommer moins tout en allant plus loin et plus vite. Parmi les pionniers dans ce domaine, Airbus, qui a dévoilé cette semaine au Royal International Air Tattoo au Royaume-Uni son nouveau concept “Bird of Prey”. The Verge explique qu’il s’agit d’un avion hybride électrique à turbo hélice.

Le concept de l’avion s’inspire largement de la constitution des oiseaux de proie, comme l’aigle ou le faucon pèlerin, capable de planer à 90 km/h. Ainsi l’avion possède des structures d’ailes et de queue qui imitent ces oiseaux. Airbus est même allé plus loin : “Bird of Prey” possède des plumes réalisées en matériaux composites et chacune est contrôlée individuellement pour permettre un contrôle actif de vol. Mais au-delà de ces technologies futuristes, l’avantage d’un tel avion serait sa consommation de carburants : grâce à son système de propulsion, l’avion du futur d’Airbus pourrait permettre une réduction de la consommation de 30 à 50% par rapport aux avions actuels.

Le vol de l’albatros en exemple

Ce n’est pas la première fois qu’Airbus s’inspire des oiseaux pour dessiner ses avions. L’aile de l’A350 s’inspire ainsi de l’aigle. En 2018, Denis Darracq, ingénieur chargé des recherches technologiques chez Airbus expliquait ainsi en 2018 dans Aerobuzz : “Lors de nos recherches sur le vol de l’aigle, nous avons cru prendre la nature en défaut, car des déformations parasites se formaient sur l’extrados (partie supérieure de l’aile NDLR) du rapace dans certaines phases du vol… Comme des plumes qui se décoiffent. Nous savons aujourd’hui que ces déformations que nous ne comprenions pas jouent un rôle important dans la performance du vol… Déjà l’aile de l’A350 s’inspire de cette science que nous appelons le biomimétisme puisqu’elle est capable d’adapter automatiquement son profil aux conditions

(…) Cliquez ici pour voir la suite

Source: Yahoo actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :