lun. Jan 20th, 2020

Education nationale: le mammouth s’est effacé devant les colibris

 En politique, il y a des métaphores qui restent, d’autres qui tombent dans l’oubli.

Et c’est pour en faire oublier une particulièrement tenace que le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a tenté d’imposer la sienn lors de sa conférence de presse de rentrée ce mardi 27 août.

“À l’Éducation nationale, nous sommes un peuple de colibris. Pas du tout un mammouth”, a lancé le ministre, avant de préciser: “vous connaissez certainement la métaphore du colibri. Seul, on est impuissant, mais si chaque colibri transporte une goutte d’eau, alors l’incendie sera éteint”.

Une version plus poétique de “l’union fait la force” encourageant chacun à prendre sa juste part aux défis qui s’annoncent, et qui a été popularisée en France par l’écrivain Pierre Rabhi.

Cette image utilisée par Jean-Michekl Blanquer vise surtout à pre,dre à contre-pied d’une métaphore utilisée, cette fois péjorative, par l’un de ses prédécesseurs: Claude Allègre. En 1997, celui qui était ministre de l’Education nationale du gouvernement Jospin justifiait la réforme de la gestion du personnel enseignant en ces termes: “Il faut dégraisser le mammouth”.

Une expression qui fera date et qui le poursuivra jusqu’à sa démission en 2000 tant celle-ci avait provoqué l’émoi au sein du corps enseignant. C’est donc pour souligner qu’il voyait au sein des professionnels de l’éducation autre chose qu’une masse informe dans laquelle il serait bienvenu de tailler aveuglément que Jean-Michel Blanquer a utilisé à dessein cette métaphore.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :