dim. Nov 17th, 2019

Grève à l’Intercontinental de Moorea: l’UFFO condamne le mélange des “revendications”

L’association UFFO-Polynésie (Union des femmes francophones d’Océanie) prend officiellement position dans le conflit social actuellement en cours à l’hôtel Intercontinental de Moorea.

Sous la plume de sa présidente, Irmine Tehei, l’association apporte, d’une part, “tout son soutien” à la jeune femme victime d’un viol collectif commis par quatre employés de l’établissement touristique et d’autre part, elle dénonce “le mélange entre des revendications salariales légales sur les conditions de travail et des pressions inadmissibles pour faire disparaître une mesure de protection légale normale lorsqu’on soupçonne des faits gravissimes”.

Dans cette affaire, rappelons que les quatre auteurs présumés des faits font l’objet d’une mise à pied à titre conservatoire dans l’attente qu’une enquête de gendarmerie fasse le jour sur ce qui s’est réellement produit. Sauf que l’organisation de défense des salariés, O oe to oe rima, ne l’entend pas de cette oreille et demande à la direction de l’Intercontinental de lever la sanction.

En attendant, l’état de santé de la jeune femme a conduit à son hospitalisation au CHPf du Taaone.

Photo: Polynésie 1ère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :