mer. Oct 16th, 2019

Institut Malardé: 70 ans d’existence mais toujours à la pointe de la recherche

Le président, Edouard Fritch, le haut-commissaire, Dominique Sorain, et le ministre de l’Economie verte, en charge de la recherche, Tearii Alpha, ont procédé, à l’inauguration du centre Ciguaprod, de l’Institut Louis Malardé (ILM), jeudi matin, à Paea.

Le laboratoire Ciguaprod, qui bénéficie d’un financement du Contrat de projets, vise à produire à grande échelle des micro-algues et ciguatoxines, sources de composés bioactifs susceptibles de trouver des applications en recherche biomédicale et neuropharmacologique. Il permettra de valoriser la biodiversité des lagons polynésiens ainsi que le savoir-faire inédit du laboratoire des biotoxines marines de l’ILM, fruit de cinq décennies de recherche.

Lors de cette cérémonie, organisée le 26 septembre, soit la date anniversaire pour les soixante-dix ans de l’Institut Louis Malardé, Suzanne Chanteau et Eliane Chungue ont été distinguées dans l’ordre de Tahiti Nui. Ces deux chercheurs polynésiens ont mené une brillante carrière à l’Institut Malardé, puis au sein de l’Institut Pasteur, consacrant leurs recherches aux maladies qui étaient souvent négligées (filariose, dengue, lèpre, ciguatera) et contribuant à des avancées scientifiques majeures.

Un hommage a aussi été rendu à William Albert Robinson, homme passionné et généreux, qui a investi son énergie et sa fortune personnelle dans son projet de création d’un centre de recherche sur la filariose en Polynésie française, devenu par la suite l’Institut Louis Malardé. Son nom sera ainsi donné au centre polynésien de recherche de Paea.

Par ailleurs, également financé au titre du Contrat de projets 2015-2020, le centre Innoventomo permettra, à terme, la mise en œuvre de stratégies de lutte contre les moustiques innovantes, et de grande ampleur, au niveau des communes et d’îles entières. Il renforcera la capacité du Pays en matière de surveillance et de lutte contre les moustiques vecteurs de maladies infectieuses à risque épidémique.

Le projet Innoventomo comprend la rénovation du laboratoire de recherche en entomologie médicale (440 m2) ainsi que la construction d’une extension de 636 m2 et d’une serre expérimentale de 211 m2. Ce complexe sera dédié à la production de moustiques mâles stérilisants en masse pour la conduite d’opérations de lutte anti-vectorielle (LAV) d’envergure. En l’absence de traitements spécifiques ou de vaccins, la LAV reste le seul moyen pour prévenir et limiter les épidémies à transmission vectorielle (dengue, zika, chikungunya). Ces raisons ont incité la communauté scientifique internationale à développer des stratégies de lutte innovantes, plus efficaces, plus respectueuses de l’environnement et donc plus durables.

Le laboratoire de recherche en entomologie médicale de l’Institut Louis Malardé s’est investi, au travers d’études-pilotes menées dans le cadre de partenariats public/privé, dans la production de moustiques mâles stériles dont les lâchers réguliers dans les zones infestées permettent de réduire drastiquement la nuisance et donc le risque d’exposition à des piqures de moustiques potentiellement infectieuses. Les travaux réalisés à Tetiaroa depuis 2015, et ceux initiés à Taha’a depuis 2018, démontrent le potentiel de ces techniques de LAV innovante qui pourront, dès 2020, être étendues à l’échelle de commune ou d’île.

Avant la cérémonie, le président est allé à la rencontre des manifestants contre le projet de route du sud et a reçu des mains du Tavini et de l’association Mata Atea un courrier de doléances.

Communiqué du gouvernement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :