mer. Oct 16th, 2019

Ce qu’il faut retenir des dernières rencontres de la SPTO à Niue…

Bilan de la 29ème réunion du Conseil des ministres du Tourisme du Pacifique qui s’est tenue à Niue à l’occasion des rencontres de la South Pacific Tourism Organisation (SPTO).

 

Tout d’abord, le conseil a approuvé le changement de dénomination de l’organisation qui prend désormais le nom de « Pacific Tourism Organisation » (Organisation du Tourisme du Pacifique) tout en gardant l’accronyme SPTO.

Les ministres, parmi lesquels figurait Nicole Bouteau au nom de la Polynésie française, ont également approuvé le droit de vote des cinq représentants du secteur privé membres du conseil d’administration du Pacific Tourism Organisation. Tahiti Nui Travel, principale agence réceptive polynésienne, est l’un de ces membres.

Le conseil des ministres, ainsi que les pays membres de l’organisation, ont chaleureusement remercié la Polynésie française ainsi que Wallis-et-Futuna pour leur contribution financière exceptionnelle au budget 2020 du « Pacific Tourism Organisation » afin de soutenir son programme d’actions. Il a pris note de l’intérêt de la Polynésie française à recevoir le conseil d’administration du Pacific Tourism Organisation, ainsi que le conseil des ministres du tourisme du Pacifique, en 2022.

Quant à la ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, elle a apporté son soutien à la participation de SPTO à l’organisation d’un village Océanien lors des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2020 à Tokyo. Cet événement participera ainsi à la stratégie de reconquête du marché japonais. En retour, elle a demandé le soutien des pays du Pacifique membres du comité olympique, à la candidature de la Polynésie française pour accueillir les épreuves de surf des Jeux Olympiques de 2024.

Enfin, dans la perspective de la conférence sur le tourisme durable organisée les 27 et 28 novembre prochains à Port-Vila, le Vanuatu souhaite développer une collaboration bilatérale avec la Polynésie française dans le domaine des pratiques et des réglementations en la matière. La coopération inclurait un programme d’échange d’informations, d’expériences, de formation et de mobilité.

Source: Gouvernement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :