mar. Déc 10th, 2019

Affaire d’agression sexuelle à l’Intercontinental Moorea: S. Cross demande des comptes

Rebondissement dans l’affaire de l’agression sexuelle à l’hôtel Intercontinental de Moorea qui avait défrayé la chronique il y a quelques mois, entraînant un mouvement social jamais connu jusqu’ici sur l’île soeur.

En effet, après la décision du Procureur de la République de classer sans suite la plainte déposée le 21 août 2O19 par une salariée – recrutée en extra depuis un an et demi et se prétendant victime d’agressions sexuelles et de viol -, à l’encontre de quatre salariés de l’Hôtel lntercontinental Moorea ayant plus de vingt ans d’ancienneté dans l’établissement, qui, entre-temps, ont été licenciés pour fautes graves par la direction de l’établissement en s’appuyant sur de simples allégations qui s’avèrent aujourd’hui, après une enquête préliminaire diligentée par les brigades de gendarmerie de Moorea et de Faa’a clôturée le 3 octobre 2019, être proprement mensongères et outrancières, Me Stanley Cross annonce la tenue d’une conférence de presse, demain, mercredi 13 novembre dans les locaux de l’organisation syndicale O oe to oe rima.

Il sera assisté de Atonia Teriinohorai, secrétaire confédéral de O oe to oe rima, ainsi que des deux représentants du personnel à l’hôtel lntercontinental Moorea, Tunia Terevaum et
Max White de la Confédération syndicale O OE TO OE RIM,. Et ce, en présence des quatre salariés mis à pied le 22 août et licenciés depuis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :