sam. Jan 18th, 2020

Une “ville du futur” au pied du Mont Fuji

Le constructeur japonais veut accueillir 2000 personnes sur le site d’une ancienne usine pour tester un ensemble de nouvelles technologies.

Le lien entre la ville et les voitures est évident. Tellement évident que Toyota a décidé de franchir un pas supplémentaire et de transformer une ancienne usine en «prototype de ville du futur». L’histoire se passe au pied du Mont Fuji.

La ville s’appellera «Woven City», littéralement la ville tissée, a expliqué Akio Toyoda, le président de Toyota. Elle pourra accueillir 2000 personnes, des salariés du constructeur automobile et leur famille, mais pas uniquement. Elle sera dédiée aux technologies du futur. Le constructeur y testera ses nouvelles voitures, toutes autonomes, connectées et électriques, cela va sans dire. «Avec des personnes, des immeubles et des véhicules connectés et communiquant ensemble, nous serons à même de tester des technologies d’Intelligence Artificielle, dans le monde réel et virtuel», détaille Akio Toyota. La ville pourra accueillir les scientifiques, universitaires, mais aussi, d’autres entreprises intéressées par le projet, avec pour objectif de créer «un mode de vie meilleur». Le groupe japonais a confié son projet à l’architecte danois Bjargke Ingels, qui a notamment dessiné la maison Lego au Danemark et le siège social de Google à Mountain View.

Énergie solaire et hydrogène

Les premières ébauches de la ville prévoient trois usages différents pour les rues: celles pour les véhicules rapides, celles qui seront mixtes, incluant tous les modes de mobilité (voiture, vélo, trottinettes…) et les piétonnes. Surtout la ville sera durable, essentiellement construite en bois, avec des méthodes traditionnelles japonaises, combinées avec de la robotique dernier cri. L’énergie sera solaire, mais reposera aussi sur l’hydrogène, présenté comme le carburant du futur. Toyota a prévu de faire démarrer son projet en 2021, ouvrant d’ores et déjà la porte à d’éventuels partenaires. Ce n’est pas la première fois qu’une (…) Lire la suite sur Figaro.fr

Source: Yahoo actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :