Coronavirus: à l’annonce du confinement succède la panique générale

Vent de panique chez les Polynésiens à l’idée d’être confinés durant quinze jours. Mais ont-ils bien entendu le message des autorités ?

Depuis mercredi midi, date à laquelle tous les établissements scolaires ont été fermés, la ville de Papeete était étrangement calme. Enfin, on pouvait flâner dans la rue, sans le bruit et l’odeur des pots d’échappement.

Et puis curieusement, en milieu de matinée, la réveil a été brutal. La circulation a repris de plus belle sur les principales artères de l’agglomération. Direction: les stations-service, notamment du Prince Hinoï, littéralement prises d’assaut pour faire le plein d’essence et les réserves de gaz. Du coup, pénurie instantanée pour celles et ceux qui se trouvent à sec.

A l’évidence, les Polynésiens n’ont pas entendu le message du haut-commissaire, demandant à ne pas céder à la panique.

Pour deux bonnes raisons: d’abord, parce que les commerces alimentaires et les stations service fonctionneront normalement; ensuite, parce que le fenua dispose de réserves suffisantes pour parer le choc sanitaire.

Enfin, car oui, n’en déplaisent aux plus pessimistes, l’économie doit continuer à tourner. Pour le meilleur et pour le pire.

Photo: Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :