26 septembre 2020

1442 candidats en lice pour 172 sièges de sénateurs

Un total de 1449 candidats vont se présenter aux 172 sièges de sénateurs qui seront renouvelés le 27 septembre, selon les chiffres communiqués ce samedi par les services du Sénat, au lendemain de la clôture du dépôt des candidatures.

C’est un scrutin certes un brin confidentiel, mais qui compte politiquement. Les chiffres définitifs doivent être publiés lundi par le ministère de l’Intérieur.

Parmi les candidats, on compte deux ministres : Sébastien Lecornu (Outre-mer), tête de liste divers centre dans l’Eure, et Jean-Baptiste Lemoyne (Tourisme), sous l’étiquette LaREM dans l’Yonne.

Lors des précédentes élections sénatoriales de 2017, dans la foulée de la présidentielle et des législatives, Emmanuel Macron avait raté le Grand chelem, la droite conservant la majorité. Le scrutin du 27 septembre ne devrait pas modifier les grands équilibres de la chambre haute.

Le plus jeune candidat sur une liste RN

Avec une moyenne d’âge d’un peu plus de 55 ans, le candidat le plus jeune est Rémi Berthoux, en dernière position sur une liste Rassemblement national dans le Rhône: il aura 24 ans le jour des sénatoriales, âge minimum requis pour ce type d’élections. Le plus âgé est Pierre Laffitte (95 ans et 8 mois), en avant dernière position dans les Alpes-Maritimes.

Le Sénat est renouvelable par moitié tous les trois ans, les sénateurs étant élus pour un mandat de six ans. Sur les 172 sièges à pourvoir, soit près de la moitié des 348 sièges que compte le Sénat, 59 sont élus au scrutin majoritaire (soit 34%), dans 34 circonscriptions), et 113 (soit 66%) au scrutin proportionnel, dans 29 circonscriptions.

La distinction se fait au niveau du nombre de sénateurs par circonscription: scrutin majoritaire pour les circonscriptions désignant un ou deux sénateurs, scrutin proportionnel pour celles qui en désignent trois ou plus.

Les femmes représentent 43,8% du total des candidats. Sur les 200 listes au scrutin proportionnel, 55 (soit 27,5%) ont une femme comme tête de liste. Pour le scrutin majoritaire, 65 titulaires sont des femmes (27,3%). En 2017, un nombre record de 1996 candidats s’étaient disputés les 171 sièges en jeu.

Scrutin décalé en outre-mer pour raisons sanitaires

La particularité des sénatoriales tient à leur mode de scrutin au suffrage indirect avec, pour cette série, un collège électoral d’environ 87.000 grands électeurs (délégués des conseils municipaux, députés et sénateurs de la circonscription, conseillers régionaux et départementaux).

Les 172 sièges (série 2) à pourvoir cette année concernent les départements de l’Ain à l’Indre et du Bas-Rhin au Territoire de Belfort (hors région Île-de-France), ainsi que la Guyane, la Polynésie française, Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Wallis-et-Futuna.

En raison de la crise sanitaire du nouveau coronavirus, le renouvellement de six des douze sièges des Français hors de France aura lieu ultérieurement.

Article original publié sur BFMTV.com

Source: Yahoo actualités

 435 visiteurs total,  2 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :