19 octobre 2020

Bataille sino-américaine à l’ONU à propos du « virus chinois »

Les Etats-Unis de Donald Trump et la Chine de Xi Jinping se sont vivement affrontés mardi à l’Assemblée générale de l’ONU, illustrant le risque de « nouvelle guerre froide » qui menace la planète en pleine pandémie.

« Les Nations unies doivent tenir la Chine pour responsable de ses actes » au début du Covid-19, a lancé le président américain à l’ouverture de cette grand-messe diplomatique annuelle organisée de manière virtuelle en raison de la crise sanitaire.

Qualifiant une nouvelle fois le coronavirus de « virus chinois », une formule qui suscite l’ire de Pékin, il a accusé les autorités chinoises d’avoir laissé l’épidémie « infecter le monde ».

« Le gouvernement chinois et l’Organisation mondiale de la santé, qui est quasiment contrôlée par la Chine, ont déclaré à tort qu’il n’existait pas de preuve de transmission humaine » du virus, a-t-il encore déploré dans une vidéo enregistrée depuis la Maison Blanche, justifiant ainsi le retrait des Etats-Unis de cette agence de l’ONU.

Le milliardaire républicain, dont la gestion du Covid-19, très contestée, pèse sur ses chances de réélection à la présidentielle du 3 novembre, a promis de « distribuer un vaccin » et « mettre fin à la pandémie » pour entrer « dans une nouvelle ère inédite de prospérité, de coopération et de paix ».

« Choc des civilisations » 

Egalement pré-enregistré, le discours du président chinois Xi Jinping ne permettait pas de répondre directement à son homologue américain.

« La Chine n’a pas l’intention d’entrer dans une guerre froide », a assuré le numéro un chinois dans son message, devant une vaste fresque de la Grande Muraille.

Sans citer les Etats-Unis, il a mis en garde contre « le piège d’un choc des civilisations », appelant à ne pas « politiser » la lutte contre le coronavirus.

Il s’est surtout attardé sur une longue défense de sa gestion de la pandémie, se présentant même en exemple pour le reste du monde.

Mais son ambassadeur à l’ONU Zhang Jun s’est chargé de « rejeter » de manière outrée les « accusations infondées » de Donald Trump.

« Au moment où la communauté internationale se bat vraiment dur contre le Covid-19, les Etats-Unis propagent un virus politique ici à l’Assemblée générale », a-t-il déclaré devant la presse.

« Si quelqu’un doit être tenu pour responsable, ce sont les Etats-Unis pour avoir perdu tant de vies avec leur attitude irresponsable », a-t-il ajouté, alors que le bilan de la maladie a atteint mardi les 200.000 morts sur le territoire américain.

Pékin a aussi déploré « l’unilatéralisme » persistant du président américain, qui a paru plus isolé que jamais ces derniers jours en tentant envers et contre tous de proclamer le retour des sanctions onusiennes anti-Iran.

Face à ce climat qui électrise les relations internationales, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres avait lancé au préalable un avertissement inquiet contre une « grande fracture » entre les « deux plus grandes économies ».

« C’est une direction très dangereuse », a-t-il prévenu au sujet de la rivalité sino-américaine croissante. Le monde doit tout faire « pour éviter une nouvelle Guerre froide », a-t-il martelé à la tribune d’un hémicycle clairsemé au siège de l’ONU à New York.

Source: Yahoo actualités

 435 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :