Belle prestation polynésienne au salon de la gastronomie à Paris

Le salon de la gastronomie des Outre-mer a fermé ses portes ce dimanche 30 janvier. Et la Polynésie française a fait parler d’elle. Entre une place en finale du Trophée Babette, la belle fréquentation du musée, les spectacles de danses et les plats aux multiples saveurs, la culture polynésienne a conquis le public parisien.

Sylviane Ebb est indéniablement entrée dans la cour des grands chefs. Deuxième du concours culinaire national de Babette de Rozières, avec une mention spéciale du jury, la talentueuse « maître queux » de Bora Bora a fait forte impression. Tous les pontes de la Cuisine ont été ébahis par sa capacité à inventer, surprendre et jouer avec les saveurs. Un grand avenir s’ouvre à elle. Une performance d’autant plus remarquable qu’elle n’avait jamais mis les pieds en métropole. Elle y a fait preuve d’adaptabilité avec le soutien de Tehani Maueau, présidente de l’association Ia Vai Manoa, à ses côtés tout au long de son séjour. Rappelons aussi que la venue de Sylviane Ebb au salon a été possible grâce au président Edouard Fritch et au ministère polynésien de l’agriculture.

Le président de la Polynésie française, arrivé à Roissy, dimanche matin, s’est aussitôt rendu au salon pour saluer et encourager la candidate polynésienne qu’il avait reçue longuement à la présidence il y a quelques semaines.

Marae et Tamarii réunis

Qui aurait pensé qu’un musée puisse avoir toute sa place lors d’un salon de la gastronomie ? En vérité, l’espace dédié à « La belle histoire de Tahiti et ses îles » n’a pas désempli. Les visiteurs ont pris conscience que le Fenua ne se résumait pas au fameux cliché « Vahine, plages de sable blanc et cocotiers ». Ainsi, ils ont été fascinés par le marae, lieu sacré, érigé durant l’exposition, et ont pu mesurer son importance dans la culture polynésienne. Nombreux ont été «également été admiratifs du sacrifice des 300 Tamari’i volontaires qui ont répondu comm un seul homme à l’appel du Général de Gaulle. Des héros, des aitos, dont une stèle commémore le souvenir au sein du musée itinérant. Cette exposition sera présentée prochainement à Enghien, en Bretagne et dans de nombreuses villes, en France mais aussi en Suisse et Belgique.

Des étudiants dévalisés

Autre performance, celle des étudiants de l‘AEPF Paris. Accueillis sur le stand de la Délégation de la Polynésie française où ils vendaient leurs plats à emporter, ils ont été dévalisés. Les files d’attentes ont agréablement surpris Vaimiti Metua-Tematua, présidente de l’association : « Nous avons été victimes de notre succès. Au point de connaître des ruptures ponctuelles pour certains plats. Au total, nous sommes très satisfaits et tenons à remercier la Déléguée Caroline Tang car ces recettes nous permettront de financer des projets futurs ».

Il convient de saluer enfin les performances artistiques des troupes d’Alison Conhoc, Manon So ou encore de Teriitehau Taputu et celle de Tea Paraurahi, tous orfèvres de l’animation et capables d’enthousiasmer la foule comme ce fut le cas durant ces trois journées de fête.

Source: Délégation

 851 visiteurs total,  4 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :