26 septembre 2021

Bourses majorées: 111 filières retenues et encouragées

Girl student freelancer working with laptop at home by the window, education and remote work, programmer, online business

Pour l’année universitaire 2021/2022, il a ainsi été proposé d’inscrire 111 filières pour un quota de 210 bourses.

Le dispositif des bourses majorées, règlementé par un arrêté du conseil des ministres du 13 avril 2006, a pour objectif d’inciter les jeunes bacheliers à poursuivre des études supérieures et à porter leur choix sur les disciplines les plus utiles à la Polynésie française en vue de la formation de ses cadres de demain.

L’arrêté en question prévoit l’adoption en conseil des ministres de la liste des filières retenues comme prioritaires au titre de chaque année universitaire, sur proposition conjointe du ministre de l’Éducation chargé de l’enseignement supérieur et du ministre en charge de l’emploi.

Cette liste détermine le nombre de bourses susceptibles d’être accordées dans chacune des filières, et le niveau d’études requis pour en bénéficier ainsi que leur montant mensuel qui varie de 60 000 Fcfp à 150 000 Fcfp.

Pour l’année universitaire 2020/2021, toutes demandes confondues, il y a eu cinquante-sept bénéficiaires de la bourse majorée, soit une augmentation de 49% par rapport à l’an dernier. Cet accroissement du nombre de boursiers majorés est le résultat des deux campagnes d’inscription mais aussi d’information.

Ces bénéficiaires sont répartis dans vingt-cinq filières différentes, pour une masse financière d’un montant total mensuel de 5 420 000 Fcfp représentant une dépense annuelle de 65 040 000 Fcfp.

Afin de préparer la campagne des bourses majorées pour la rentrée universitaire 2021/2022, un recensement a été effectué au mois de mars 2021, permettant de recueillir, les besoins par secteur d’activité.

Pour tenir compte des 210 bourses qui sont proposées, l’estimation mensuelle est évaluée à 18 805 000 Fcfp soit un montant annuel de 225 660 000 Fcfp pour 2021/2022. La formation des cadres polynésiens dans des filières utiles au Pays doit répondre à de réels besoins et doit permettre aux bénéficiaires d’exercer dans le Pays à l’issue de leurs études.

extrait CM – photo d’archives

 451 visiteurs total,  4 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :