20 octobre 2020

Contrat de ville: prochain enjeu, l’insertion par l’activité économique et l’emploi

Le comité de pilotage du Contrat de ville de l’agglomération de Papeete s’est réuni, vendredi matin, en présence du ministre du Logement et de l’Aménagement du territoire, Jean-Christophe Bouissou. A cette occasion, celui-ci a prononcé une allocution que nous reproduisons dans les grandes lignes.

Mesdames et Messieurs, chers amis, Iaorana,

Je suis particulièrement heureux de procéder aujourd’hui à l’ouverture de ce Comité de Pilotage du Contrat de ville de l’agglomération de Papeete. Heureux tout d’abord de vous adresser mes meilleurs vœux pour l’année 2020.

Un « COPIL », comme il est dit de manière usuelle, est un moment fort, car il permet à la fois de prendre la mesure du chemin parcouru et de regarder devant soi, d’envisager de nouvelles perspectives, des perspectives qui s’offrent à vous, à nous, jusqu’en 2022.

Mesdames, Messieurs c’est donc de votre travail qu’il va être question dans un instant, lequel bien entendu a donné lieu à une validation en continu, lors des différents conseils syndicaux. Je souhaite vous remercier, d’ores et déjà, pour votre implication.

Succédant aux contrats urbains de cohésion sociale (Cucs), le contrat de ville 2014-2020 s’est inscrit dans une démarche intégrée devant tenir compte des enjeux de développement économique, de développement urbain et de cohésion sociale.

L’engagement des acteurs locaux de la politique de la ville se traduit par un travail transversal sur trois piliers, poutres maîtresses de notre action dans les quartiers :

La Cohésion sociale

Le cadre de vie et renouvellement urbain

L’emploi et le développement économique

L’objectif dans les soixante-seize quartiers (qui ont remplacé les 179 du CUCS) est de réduire les inégalités, c’est d’améliorer les conditions de vie de leurs habitants. Sur les neuf communes de l’agglomération de Papeete, cela représente 60 000 habitants concernés par ces actions.

A ce titre, je voudrai saluer tout le travail effectué par l’ensemble des partenaires, l’Etat, les Communes de l’agglomération de Papeete qui avec le Pays ont apporté leur soutien dans la mise en œuvre des actions. Actions portées par des associations dont l’investissement humain est colossal et sans lequel rien ne serait possible.

L’ensemble de vos équipes Madame la Présidente du syndicat mixte, n’a pas à rougir de ce bilan mais a en être fière, car il témoigne à mon sens, de notre capacité collective à promouvoir, au-delà des sensibilités politiques, un lieu de débat, d’échange et de co-construction d’un avenir meilleurs pour nos quartiers prioritaires.

Cet investissement est aussi financier, car globalement il représente de 2014 à 2019 : plus de 465 millions de francs pacifiques en investissements, dont l’objectif a été de construire des équipements durables répondant aux besoins de nos habitants.

C’est aussi près de 1.3 milliard en fonctionnement, avec une forte mobilisation sur le pilier cohésion sociale mais aussi depuis 2019 une mobilisation plus forte sur les actions du pilier Emploi et Cadre de vie.

Depuis 2014, ce sont 1691 opérations financées par le Contrat de ville. A cette quantité doit s’ajouter la qualité, car je sais que vos équipes, Madame la Présidente, et celles des élus du conseil syndical, ont travaillé à structurer les projets en accompagnant le vivier associatif dans leurs montages.

Ce bilan est l’illustration qu’un portage politique cohérent, et de longue haleine, c’est une stratégie payante car elle donne confiance aux acteurs. En témoigne la venue en 2019, d’un nouveau partenaire financier. En effet, la Banque des Territoires du groupe Caisse des Dépôts et Consignations qui a signé avec vous Madame la Présidente, un financement de 300 000 € pour trois années pour le recrutement et l’accompagnement des chefs de projets du programme de rénovation urbaine des communes de Mahina, Pirae, Papeete et Punaauia.

Mais il reste encore beaucoup à faire, notamment, dans le champ de l’insertion par l’activité économique et de l’emploi et c’est tout l’enjeu de ces prochaines années.

Sur l’axe du renouvellement urbain, les enjeux sont triples et nous ne devons pas séparer l’urbain de l’humain tout comme il n’y a pas lieu de séparer le renouvellement urbain des questions d’emploi, de développement économique, de cohésion sociale ou de vie culturelle.

Aujourd’hui, ce comité de pilotage est l’occasion de faire une rétrospective des actions menées depuis 2015, d’écouter et d’envisager les ajustements de l’intervention du Pays auprès du Syndicat mixte en charge du Contrat de ville ainsi que des neuf communes de l’agglomération de Papeete.

A tous, merci pour votre attention !

 46 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :