25 novembre 2020

Coronavirus: récession de grande ampleur en vue

Les cartes bleues se refroidissent peu à peu, mais les calculettes n’ont jamais autant chauffé.

Avec la crise sanitaire liée au coronavirus et la période de confinement qui va de pair, la question n’est plus de savoir si l’économie française va basculer en récession, mais de quelle ampleur sera la contraction de l’activité.

Une première esquisse avait été donnée dans le budget rectificatif pour 2020, adopté le 20 mars dernier. L’hypothèse retenue alors par Bercy était une baisse de 1% du produit intérieur brut (PIB), à comparer à une croissance de 1,3% prévue dans la loi de finances initiale.

Par contrecoup, le déficit public devait grimper à 3,9% du PIB, contre une prévision initiale de 2,2%. En dépit de cette révision drastique (2,3 points d’écart de croissance), le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, va devoir de nouveau revoir sa copie, tant ces prévisions paraissent aujourd’hui éloignées de la réalité.

Perte d’activité de 35%

Dans un exercice inédit, l’Insee a livré une première estimation, «qui peut paraître dérisoire quand la préoccupation première est d’éviter une catastrophe sanitaire», comme l’a précisé son directeur général.

La perte d’activité liée à la crise sanitaire en cours, par rapport à une situation normale, s’élèverait à 35% (chiffre identique pour la consommation des ménages). Certes, l’impact est très hétérogène : les industries agroalimentaires seraient moins affectées, alors que la construction et certains services marchands (transports, hôtellerie, restauration, loisirs…) seraient très sévèrement touchés, à la différence des télécoms et des assurances.

Dès lors, un confinement d’un mois aurait un impact de l’ordre de 3 points de PIB annuel.

 Cliquez ici pour lire la suite

Source: Yahoo actualités

 56 visiteurs total,  2 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :