24 novembre 2020

Coronavirus: un guide des bonnes pratiques sur les chantiers de construction

Dans le contexte de la crise sanitaire que traverse la Polynésie, la priorité des entreprises du BTP est d’adopter des mesures de prévention protégeant la santé de leurs salariés conformément à leur obligation.

Un guide a ainsi été élaboré en partenariat avec les professionnels du BTP (CSMGCTP, CSEBTP et SETTI), listant les mesures urgentes et spécifiques à mettre en œuvre pour assurer les conditions sanitaires nécessaires aux personnels du BTP, garantissant un redémarrage de leurs activités en toute sécurité. La mise en œuvre de ces mesures étant une condition incontournable de la reprise des activités du BTP, il appartient à chaque entreprise d’évaluer sa capacité à s’y conformer.

En liminaire, il est rappelé dans ce guide, l’importance de rester vigilant aux risque dits « traditionnels » des chantiers (risque de chute de hauteur, de heurts, risques liés aux engins, etc.) eu égard aux possibles conditions d’intervention en mode dégradé, en raison de l’indisponibilité de personnel, de matériel, de sous-traitants, etc.

Les sociétés souhaitant redémarrer ou poursuivre leur activité devront au préalable obtenir systématiquement l’accord express de leurs clients (maitres d’ouvrages). L’organisation proposée pour la reprise visera notamment à limiter autant que faire se peut, la coactivité. Un avenant au Plan général de coordination (PGC), définissant les rôles et les responsabilités de chaque intervenant pourra être établi afin de reporter les principales mesures de protection, objet de ce guide.

Il s’agit essentiellement de :

-Respecter strictement les gestes barrières

La possibilité de se laver les mains avec accès à un point d’eau et du savon, est une condition incontournable pour autoriser l’activité. A titre dérogatoire et pour répondre à une demande des professionnels du BTP, dans les zones de chantier qui ne peuvent être pourvues d’arrivées d’eau, l’employeur devra mettre à disposition des bidons d’eau pourvus de robinets et en quantité suffisante (les bouteilles d’eau non adaptées au respect des consignes sanitaires ne sont pas autorisées).

-Port d’un masque de protection respiratoire dans le cadre du risque Covid-19 :

Le port du masque de type à usage non-sanitaire de catégorie 1 (filtration supérieure ou égale à 90% « masques individuels à usage des professionnels en contact avec le public), de type FFP1, de type chirurgical ou de protection supérieure reste avec l’utilisation de lunettes ou de visières, obligatoire dans les cas suivants :

·       travail à moins d’un mètre d’une autre personne : a minima port d’un masque de type à usage non-sanitaire de catégorie 1 ;

·  intervention chez une personne malade, si cette intervention reste urgente et indispensable. La personne malade doit impérativement porter un masque chirurgical et si possible l’intervenant un masque chirurgical (principe de protection croisée) ; 

·     dans le cas d’intervention chez une personne à risque : port du masque obligatoire, de type chirurgical a minima. 

Dans les autres cas, le port du masque en tissu validé par le ministère de la Santé, dont le mode de fabrication est disponible sur le site de la Direction de santé (catégorie 2 à visée collective pour protéger l’ensemble d’un groupe), est recommandé et fait l’objet d’une discussion dans le cadre du dialogue social de l’entreprise. Les personnels doivent être formés à l’utilisation des masques.

-Accueil du personnel :

·         vérification de la santé du personnel ;

·         rappel des gestes barrières au personnel et mise à disposition des EPI (équipement de protection individuelle) habituels (chaussures de sécurité, casque …), ainsi que des EPI spécifiques contre le COVID 19, si nécessaire.

-Transport du personnel :

·         délivrer les autorisations de déplacements dérogatoires pour l’entreprise ;

·         veiller à assurer la distance minimale d’un mètre entre les personnes. Il est donc préconisé de privilégier une organisation des déplacements en véhicule permettant de respecter les règles de distanciation sociale ;

·         afin de répondre à la demande des professionnels, de transporter 4 personnes dans un véhicule double cabine, il a été admis, que si l’organisation des déplacements se révélait impossible à mettre en œuvre, le port des masques et lunettes ou visières prévus pour les travaux à moins d’un mètre, sera obligatoire. Cette obligation sera limitée au port du masque pour le conducteur du véhicule;

En complément de ce guide, il a été élaboré sur proposition des organisations professionnelles du secteur, un guide simplifié reprenant les mesures principales de sécurité sanitaire à mettre en œuvre sur les petits chantiers (maisons individuelles, intervention chez les particuliers) pour la continuité des activités du secteur du BTP.

Source: Gouvernement

 131 visiteurs total,  8 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :