25 janvier 2022

Covid: le Japon plus que jamais cadenassé

L’étranger, voilà le porteur! C’est le message télégraphié à ses administrés par le gouvernement japonais face au nouveau variant, Omicron.

Ce dernier, avant même son arrivée sur le territoire de la troisième économie du monde, provoque des bouffées d’angoisse dans la population.

L’indice Nikkei, qui sert souvent de thermomètre aux décideurs politiques ici, a reculé d’effroi devant le péril. Il n’en fallait pas davantage pour pousser le Gouvernement à bomber le torse et décréter un nouveau renforcement des contrôles aux frontières.

Problème: son pays est déjà sous cloche depuis deux ans. Le gouvernement l’avait bien entrouvert début novembre, autorisant en principe le retour des hommes d’affaires et des étudiants ; mais c’était un trompe-l’œil tant les formalités pour y parvenir étaient fastidieuses, décourageant les candidats au voyage. Entre cette « libéralisation » le 8 novembre et la semaine dernière, se sont engouffrées… 104 personnes!

Depuis une semaine, le gouvernement Kishida cherche désespérément des étrangers à maintenir hors de ses frontières pour tranquilliser ses ouailles. Le gouvernement a en effet décidé d’interdire l’entrée sur le territoire à ceux, parmi ces derniers, venant de dix pays d’Afrique touchés par le virus. Puis il a annoncé suspendre même les visas déjà accordés à titre exceptionnel. Et ce n’est sans doute qu’un début: ce cadre d’une compagnie aérienne étrangère décrit ainsi le “tourniquet” exercé par le gouvernement Kishida depuis une semaine. “Ils allongent la liste des pays de départ soumis à quarantaine, puis ils allongent les quarantaines elles-mêmes… Il est probable que les résidents permanents venant de pays européens touchés par le virus Omicron seront bientôt interdits de retour chez eux, au Japon”.

Source: Yahoo actualités

 

 414 visiteurs total,  2 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :