9 décembre 2022

La promotion de la Santé inculquée dès le plus jeune âge

Cérémonie de labellisation du dispositif « Écoles en Santé », ce jeudi matin à la Présidence.

Le dispositif « Écoles en Santé » de Polynésie française, a pour but de promouvoir la santé dans les établissements scolaires, en agissant sur les déterminants de santé accessibles à l’école, et en développant les compétences psychosociales des élèves, à travers la mise en place d’actions ciblées telles que : l’alimentation, l’activité physique, l’hygiène corporelle, le rythme de vie, l’école sans tabac et sans dépendance, le bien vivre ensemble, le tri des déchets, la lutte anti-vectorielle, l’accès aux soins pour tous les élèves, et le patrimoine culturel.

Ces actions, au-delà des principes de bonne santé alimentaire, et physique connus de tous, mettent l’accent sur la bonne santé mentale et sociale des élèves à travers des actions citoyennes en faveur de l’environnement et des actions d’insertion culturelles.

Depuis cinq ans, la direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE), et la direction de la Santé (DSP), travaillent de concert pour promouvoir la santé des enfants de Polynésie française, et indirectement de leurs familles, à travers le dispositif des « écoles en Santé ».

Une phase expérimentale ces deux dernières années sur l’île de Moorea a permis de labelliser deux dispositifs proposés aux établissements volontaires.

Ces expérimentations ont aussi permis de consolider les parcours éducatifs s’insérant et utilisant le programme scolaire. Elles ont permis aux élèves de développer des compétences psychosociales spécifiques en matière de santé. Autrement dit, ces compétences font parties intégrantes des programmes scolaires au service des apprentissages fondamentaux à acquérir durant la scolarité.

« Tout montre, après cette expérimentation, que les enfants et adolescents font plus facilement les bons choix pour leur santé et celle de leurs familles. Nous constatons également une amélioration de leur santé, mais aussi moins d’absentéisme et un climat scolaire plus apaisé. Ces jeunes jouent aussi un rôle d’ambassadeur de bonne santé dans leur famille » s’est félicité le président dans son propos introductif.

Pour obtenir le label, les écoles se sont donc engagées à mettre en œuvre un plan d’actions de santé avec l’aide du comité de santé de l’école. Ce comité est composé d’élèves, d’enseignants, de parents, mais aussi d’élus locaux et d’associations locales partenaires. C’est une démarche collégiale et partagée, un changement de paradigme de la politique de prévention, où l’élève devient enfin acteur actif et non plus passif.

Le président poursuit : « Je souhaitais prendre quelques minutes pour vous féliciter du formidable engagement des équipes éducatives des écoles et des centres de Jeunes Adolescents (CJA), des personnels de santé et des partenaires ». En effet, nous comptons désormais une trentaine d’écoles et de CJA investis dans la promotion de la santé, selon les critères de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Rappelons également que la santé représente une ressource fondamentale, permettant aux élèves de participer pleinement aux activités d’apprentissage, et de s’insérer dans un parcours éducatif et professionnel de réussite.

Pour conclure son discours, Edouard Fritch a rappelé que « la santé est un outil indispensable à la réalisation des projets personnels et familiaux, mais également au développement économique, social et culturel du Pays. »

La remise de l’attestation de labellisation est une belle reconnaissance pour les équipes pédagogiques, mais également une fierté pour les élèves qui se sont pleinement investis dans cette démarche.

Pour mémoire, les principes de l’OMS de l’école en Santé sont les suivants : on apprend mieux lorsqu’on est en bonne santé. Et lorsqu’on apprend mieux, cela favorise l’apport de connaissance et donc la bonne santé. L’éducation et la santé sont donc indissociables. Les écoles peuvent contribuer à promouvoir la santé des familles, de la communauté et des enseignants en même temps que celles des élèves, à travers une éducation pour la santé fondée sur les compétences à acquérir prévues dans les programmes scolaires. En faisant participer la communauté autour de l’école au projet de santé de l’école, on améliore aussi indirectement la santé de toute une population.

source: Gouvernement

 780 visiteurs total,  2 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :