20 octobre 2020

Le Japon pourrait entrer en récession

Le 29 décembre 1989, l’indice japonais, le Nikkei 225, atteignait son plus haut historique, flirtant avec les 40.000 points.

Deux ans auparavant, Forbes lançait sa fameuse liste des hommes les plus riches du monde et plaçait en tête, Yoshiaki Tsutsumi un magnat de l’immobilier. Derrière lui, un autre japonais, Taikichiro Mori. En troisième position, un autre japonais Shigeru Kobayashi. Au pied du podium, un autre japonais…

L’année 1990 est celle du triomphe japonais. C’est aussi le début de la chute qui, en réalité, couvait. La dépréciation du dollar, liée aux accords du Plaza, provoque une bulle qui éclate en 1991, notamment dans l’immobilier.

Mais c’est vraiment en 1997 que l’archipel est frappé par la crise financière. S’ensuit une période marquée par la déflation et la stagnation. Une « décennie perdue », si bien ancrée dans les mentalités que la « japonisation » d’un pays est devenue la menace régulièrement brandie pour mettre en garde contre l’absence de réformes structurelles.

Trente ans après son triomphe, le Japon va-t-il mieux ? Cette semaine, le pays a dévoilé sa croissance au quatrième trimestre 2019 : la pire chute en cinq ans de son PIB. Il pourrait même entrer en récession, c’est-à-dire enchaîner deux trimestres consécutifs de recul. « Cela s’explique d’abord par l’augmentation de la TVA de 8% à 10% » explique Brieuc Monfort, chercheur à la Fondation France-Japon de l’EHESS. « Cela, c’était prévu. Ce qui ne l’était pas,…

Lire la suite sur BFM Business

Source: Yahoo actualités

 41 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :