18 septembre 2020

Le suprémaciste australien Breton Tarrant devant ses juges

« Je vois les images et j’entends encore le rata-rata-rata de l’arme dans ma tête. » 

Le procès du suprémaciste blanc Brenton Tarrant, qui a assassiné cinquante-et-un fidèles musulmans en 2019 en Nouvelle-Zélande, est entré dans sa dernière ligne droite, lundi 24 août.

L’accusé, un Australien de 29 ans, a été reconnu coupable de 51 meurtres et de 40 tentatives de meurtres et d’un chef d’accusation de terrorisme. Le tribunal de Christchurch doit annoncer la peine jeudi.

Le tueur a jusqu’ici assisté par vidéoconférence, dans sa prison de haute sécurité d’Auckland, aux précédentes audiences, mais il était présent ce lundi dans le tribunal. C’est la première fois qu’il s’est trouvé face aux survivants et aux familles depuis les attaques du 15 mars 2019. Il est resté silencieux et impassible, levant parfois la tête pour regarder le public.

Il voulait tuer « davantage de personnes »

Le procureur, Barnaby Hawes, a fait un récit glaçant des faits, en expliquant que l’accusé « aurait voulu tuer davantage de personnes ». Il a raconté comment Brenton Tarrant avait ce jour-là méthodiquement abattu des femmes, des enfants et des hommes, tout en filmant la tuerie et en la retransmettant en direct sur les réseaux sociaux, comment il avait ignoré les appels à la pitié de certaines victimes, comment il avait roulé sur un corps en (…)

Lire la suite sur Franceinfo

Source: Yahoo actualités

 413 visiteurs total,  2 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :