28 novembre 2021

Les Blacks « concassés, transpercés, interceptés » (40-25) face au XV tricolore

Quatre essais à trois, les Bleus ont renversé la Nouvelle-Zélande (40-25), samedi au Stade de France, en clôture de la tournée d’automne, avec un doublé du talonneur Peato Mauvaka et un carton plein de Melvyn Jaminet dans les tirs au but.

Un exploit, authentique ! Pas tant de l’emporter – ça a déjà été fait – mais de planter quarante points aux All Blacks, c’est une première… Et quelle première !

A deux ans de sa Coupe du monde, le XV de France a marqué son territoire. Surtout, face à une adversaire qu’il retrouvera lors du match d’ouverture , le 8 novembre 2023. Concassés, transpercés, interceptés, les Néo-Zélandais ont encaissé quatre essais, dont trois en une demi-heure. Avec le cent pour cent tout compris de l’arrière Melvyn Jaminet au pied (8/8), et les larmes du talonneur Peato Mauvaka, auteur d’un doublé (3e, 32e), la France s’est replacée tout en haut sur la liste des favoris au titre mondial.

On s’attendait à une réaction d’orgueil des All Blacks après leur défaite à Dublin et, au contraire, ce sont les Français qui ont été aiguillonnés au point de percer la défense néo-zélandaise dès la 2e minute et de marquer leur premier essai une minute plus tard, derrière ballon porté par Mauvaka (3e). Une nouvelle percée de Penaud et c’est Romain Ntamack qui feintait trois All Blacks pour marquer (12e, 14-6). Les Tricolores du capitaine Dupont multipliaient les temps forts (18e, 27e, 30e) et bonifiaient leur domination dans le jeu par un doublé de Mauvaka (32e), toujours sur un ballon porté derrière pénaltouche.

Avec un but (26e) et trois transformations de Jaminet, le XV de France menait 24-6 à la pause, et il fallait quand même se pincer pour y croire. Concassés, atones, maladroits, les All Blacks n’étaient que l’ombre – blanche comme leur maillot – d’eux-mêmes. A la reprise, ils se présentèrent dans de meilleures dispositions. Refusant de tenter les pénalités, ils mirent la France sous pression. Jordie Barrett trouva le chemin de l’en-but (47e) en coin, puis Rieko Ioane s’infiltra dans les lignes bleues comme dans du beurre (51e, 24-18).

source: Yahoo actualités

 247 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :