Les vacances avec Thomas Cook virent au cauchemar…

Partout à travers le monde, les clients du voyagiste britannique Thomas Cook sont bloqués dans les aéroports dans l’attente d’un rapatriement après la faillite annoncée le 23 septembre du pionnier de cette activité.

L’annonce brutale du groupe a contraint les autorités à lancer immédiatement un rapatriement hors normes de ses 600.000 clients en vacances.

Thomas Cook, qui existait depuis 178 ans, a mis la clé sous la porte du jour au lendemain après avoir échoué au cours du week-end à trouver des fonds nécessaires pour sa survie.

Les autorités britanniques n’ont eu d’autres choix que de commencer à organiser le retour de 150.000 de leurs ressortissants, deux fois plus que lors de la faillite de la compagnie aérienne Monarch il y a deux ans.

Elles ont activé tôt lundi matin un plan d’urgence baptisé “Opération Matterhorn”, du nom d’une campagne américaine de bombardement pendant la Deuxième Guerre mondiale.

“Je suis très anxieuse parce que j’ai mal aux jambes, je ne sais pas si je vais prendre l’avion et comment je vais arriver de Glasgow, si on nous emmène à Birmingham ou ailleurs”, confie désespérée à Reuters une touriste anglaise en chaise roulante. “La journée va donc être très difficile et longue et je suis très fatiguée. Nous avons regardé les informations pour savoir ce qui se passait mais personne ne nous a téléphoné, personne ne nous a envoyé d’e-mail, nous l’avons découvert juste quand nous sommes arrivés à l’aéroport.”

Les avions mis à disposition par l’Autorité britannique de l’aviation civile (CAA) commençaient à décoller en particulier de Palma de Majorque, destination très prisée des touristes britanniques. De nombreux autres sont en Turquie, Grèce et en Tunisie où certains touristes ont été empêchés de quitter leur hôtel à Hammamet.

Selon la BBC, 14.000 vacanciers devraient être ramenés au Royaume-Uni d’ici lundi soir grâce à de nombreux appareils mobilisés…

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Source: Yahoo actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *