25 janvier 2022

L’intox du jour: halte aux migrants!

Interrogé mardi soir sur le plateau de la chaîne TNTV, le président du Amuitahiraa o te nunaa maohi, Gaston Flosse, s’est dit favorable à la fixation d’un « quota de migrants ». Décryptage.

Qui sont ces « migrants » tout d’abord ? Des métropolitains en séjour plus ou moins long dans nos îles ? Si c’est le cas, notre collectivité française du Pacifique aura bien du mal à imposer une telle contingence. De la même manière que tout Polynésien est libre de s’installer dans l’hexagone.

Combien sont-ils à vouloir s’installer « durablement » en Polynésie française ? En dehors naturellement des fonctionnaires d’Etat mutés pour une période donnée…« D’après nos estimations, ils sont 12 400 par an, ce qui fait 124 000 sur dix ans », a déclaré l’actuel président du Tahoeraa huiraatira, parti voué à disparaître car le concept d’autonomie défendu jusqu’ici par son fondateur, aurait atteint ses limites.

D’où Gaston Flosse tient-il ses chiffres ? Nul ne le sait. Pourtant, le dernier bilan démographique établi par l’Institut de la statistique (ISPf) va à contre-courant des assertions de G. Flosse. Extrait de cette étude: « La population de la Polynésie française est estimée à 279 300 personnes au 31 décembre 2020, comparativement à 278 400 à la fin 2019, soit une croissance de 900 habitants pour un taux d’accroissement de + 0,3%. La baisse observée s’explique par deux phénomènes: la baisse du solde naturel (naissances moins décès) et le déficit migratoire (différence entre les personnes qui entrent et celles qui sortent) (…) Le solde migratoires estimé suite aux deux précédents recensements est de 1000 individus en 2020 ». Autrement dit, notre petit paradis n’attire plus les foules! Il faut dire que les conditions d’installation s’apparentent parfois à un véritable parcours du combattant.

Aussi, après son soutien à Marine Le Pen, Gaston Flosse serait-il un adepte du polémiste et non moins candidat à la Présidentielle, Eric Zemmour ? Celui qui défend les thèses du grand remplacement…c’est à dire  qu’un jour les immigrés seraient plus nombreux que les « Français » ? Nous devrions le savoir le 29 janvier prochain, date du congrès du Amuitahiraa au cours duquel sera dévoilée la position du mouvement pour les Présidentielles de 2022.

Photo d’archives

 814 visiteurs total,  4 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :