8 décembre 2022

Liz Truss est la nouvelle Première ministre du Royaume-Uni

Grande admiratrice de la « dame de fer » et adepte de la dérégulation économique, Liz Truss a battu ce lundi Rishi Sunak lors de la primaire organisée par le parti conservateur.

Elle succède à Boris Johnson et va devoir rapidement prendre des mesures pour endiguer la crise économique et sociale qui frappe le pays.

Les 160.000 membres du Parti conservateur appelés à désigner, lors d’une primaire, le successeur de « BoJo » ont accordé leur préférence à Liz Truss. Grande favorite des sondages, la cheffe de la diplomatie britannique restée fidèle à Boris Johnson a battu (57% contre 43%) celui qui avait lâché ce dernier en juillet, l’ex chancelier de l’Échiquier (ministre en charge des finances), Rishi Sunak.

Après cette campagne « étrange et passéiste » comme l’a noté The Guardian, durant laquelle les deux candidats n’ont pas semblé en mesure de répondre aux préoccupations des Britanniques, en proie à une profonde crise économique et sociale, Liz Truss se rendra mardi au château écossais de Balmoral afin de rencontrer la reine Elizabeth II, rendez-vous immuable officialisant sa nomination. L’ensemble du gouvernement devrait quand à lui être connu mercredi ou jeudi.

Une Première ministre face à la flambée de l’inflation

Il faut dire que le temps presse. Grande admiratrice de Margaret Thatcher (en poste à Downing Street de 1979 à 1990), Liz Truss va elle aussi affronter une crise sociale et économique très forte. La « candidate qui se posait comme celle de l’Angleterre authentique contre un Rishi Sunak qu’elle décrivait comme celui de la finance internationale, va devoir apporter très vite des réponses sur le terrain du pouvoir d’achat au risque de voir son mandat être dès le début rendu impossible » observe Nicholas Sowels, maître de conférences en civilisation britannique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

L’inflation culmine en effet à plus de 10% et risque encore de grimper, pour atteindre 22% en 2023, selon le scénario du pire de la banque Goldman Sachs. La flambée des prix de l’énergie est telle que le régulateur national du marché du gaz et de l’électricité a annoncé que la facture moyenne annuelle des ménages allait passer, en octobre de 2.279 à 4.104 euros. Et[…]

Lire la suite sur challenges.fr

source: Yahoo actualités

 325 visiteurs total,  2 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :