22 octobre 2021

Pas de transports scolaires à Tahaa: la ministre appelle les prestataires à la raison

Dans un communiqué, la ministre de l’Education, Christelle Lehartel, explique les raisons pour lesquelles elle est dans l’impossibilité de donner satisfaction aux prestataires des transports scolaires à Tahaa.

 Malgré plusieurs échanges téléphoniques avec le président des GIE Terehau et Tiamahana de Tahaa jusqu’à ce dimanche 19 septembre, les prestataires du transport scolaire de Tahaa ont annoncé qu’ils n’assureraient pas le transport scolaire mettant en avant le non-paiement des transports durant la période de suspension de l’accueil des élèves dans les écoles et le collège liée aux mesures de confinement.  

 La ministre de l’Education, de la modernisation de l’administration en charge du numérique, Christelle Lehartel, tient à préciser plusieurs points.

Tout d’abord, elle tient à souligner que les transporteurs ont signé deux contrats de prestation de service avec le Président de la Polynésie française pour assurer les transports scolaires de Tahaa. Le Pays est donc en droit d’exiger la reprise du transport scolaire. Pour le mois d’août, les factures seront honorées selon les jours où les élèves ont été effectivement transportés, conformément aux contrats signés. 

Ensuite, ces contrats prévoient le ramassage des élèves lorsque les écoles et le collège accueillent les élèves. Or, un arrêté du conseil des ministres du 23 août dernier a pris une mesure de suspension de l’accueil en présentiel des élèves demi-pensionnaires et externes du lundi 23 août au vendredi 10 septembre 2021 sur l’ensemble de la Polynésie française.

En conséquence de quoi, le Pays ne peut – comptablement et réglementairement pas – effectuer le paiement de factures pour un service qui n’a pas été fait. Cette impossibilité s’est appliquée à l’ensemble des prestataires de transport scolaire de toute la Polynésie française. 

 La ministre appelle les prestataires du transport scolaire de Tahaa à leur responsabilité et à leur professionnalisme afin qu’ils respectent les termes des contrats qu’ils ont signés avec la Polynésie française. A la veille de la reprise des cours, pour des élèves qui n’ont pas été scolarisés en présentiel depuis quatre semaines, il est impératif que les jeunes de Tahaa puissent retrouver leur école ou leur collège et leurs professeurs. 

 444 visiteurs total,  3 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :